20 May 2018
Home / DÉVELOPPEMENT  / Relation et émotions  / Le chrétien face à la mort

Le chrétien face à la mort

S’il y a bien une chose face à laquelle chrétiens et non convertis, riches et pauvres, enfants ou vieillards sont égaux, c’est la mort. Elle rend tous les hommes égaux. Elle est source de crainte

S’il y a bien une chose face à laquelle chrétiens et non convertis, riches et pauvres, enfants ou vieillards sont égaux, c’est la mort. Elle rend tous les hommes égaux. Elle est source de crainte et d’effroi, mais se révèle également source de motivation. Certains disent même que c’est elle qui donne toute sa saveur à la vie. L’idée de voir un jour notre vie arriver à terme nous motive à tout mettre en œuvre pour faire de notre vie un bonheur, un plaisir. Elle nous motive aussi à profiter de nos proches, les aimer tant qu’on le peut encore. Et le chrétien dans tout ça ? Quelle doit être son attitude face à la mort ?

 

Jean 12.25 « Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle ». Pour ce monde, la mort nous rappelle à quel point cette vie est belle. Elle nous rappelle qu’il faut chérir la vie, en profiter. Mais Dieu nous dit ici de haïr la vie afin de la conserver dans la vie éternelle. Cela veut-il dire qu’il faut refuser de se lever le matin pour vivre ? Non !

 

Notre foi repose sur l’espérance d’une vie après la mort. Pour nous, enfants de Dieu, la mort n’est qu’une étape. Seule l’enveloppe charnel meurt mais l’esprit demeure pour l’Eternité avec notre Dieu. Jésus nous demande d’haïr notre vie, il veut simplement dire de ne pas faire de la vie le sujet de notre amour. « Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » Matthieu 6.21. Si on fait de notre vie dans ce monde l’objet de notre amour, ce monde sera notre trésor. Voyez-vous, le monde pense que pour profiter de la vie, il faut aimer la vie. Mais Dieu nous enseigne que pour profiter de la vie, il ne faut pas aimer la vie mais aimer celui qui nous donne la vie. Car Dieu sait que notre temps est limité.  Et le temps de nos proches également. Personne ne veut voir ses proches mourir. On peut bien essayer de passer le maximum de moment avec eux, avoir une relation parfaite, leur disparition n’en sera pas moins douloureuse.

 

Il peut arriver que l’on soit blessé, mais selon la localisation de la blessure elle peut être plus ou moins grave. Le but est d’éviter que la blessure ne touche un endroit vital, au point de mettre notre vie en danger. Le deuil n’est en rien différent, la mort de nos proches est comme une blessure dans notre âme. Elle saigne. Mais si le centre de notre vie est tourné vers Dieu, la douleur passera mais notre foi demeurera. Enracinez vous au plus profond en Dieu, pour que lorsque viendra la tempête, vous serez secoué mais jamais anéantis. Plusieurs s’écrouleront autour de vous, mais si votre vie est centrée sur Christ, votre vie sera bâtie sur le roc.

 

Outre l’amour pour ce monde, la peur de la mort est liée, souvent, à la peur de l’enfer. Aucune certitude de finir dans un paradis où le bonheur éternel nous attendra. Mais la crainte de brûler et souffrir éternellement. Les chrétiens malgré leur « foi » en Dieu, ne sont pas sûrs de leur salut. Pourquoi ? Parce qu’ils regardent à leurs œuvres. La bible nous dit « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. » Ephésiens 2.8. La mission du chrétien est de se livrer à Dieu. Chaque jour être un instrument entre ses mains pour qu’il manifeste sa gloire sur la terre des hommes. Dieu sait que nos œuvres sont imparfaites de nos propres forces. Voilà pourquoi il est si miséricordieux et qu’il nous a donné le don du Saint Esprit, sans cette grâce, nul homme ne verrait le paradis. C’est pour cela qu’il faut en tout temps se réajuster lorsqu’on s’est écarté de la voie de Dieu, et lui demander la grâce de s’améliorer : Non pas pour éviter l’enfer, mais pour rendre notre Père fier de ses enfants, par amour pour lui. 1 Jean 4.18 « La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte ; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour». L’amour pour Dieu bannit la peur de l’enfer et toutes formes de peur.

kouassi608@gmail.com

Etudiant en Fiscalité, J'ai 22 ans et je suis passionné par Christ. La première chose qu'il a fait dans ma vie c'est bouleverser mon système de pensées. J'ai donc à cœur de transformer les mentalités à la lumière de la parole de Dieu .

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT