Search

Le repos nécessaire d’un Serviteur de Dieu

Marc 6. 30-32 (Darby) « Et les apôtres se rassemblent auprès de Jésus ; et ils lui racontèrent tout : et tout ce qu’ils avaient fait, et tout ce qu’ils avaient enseigné. Et Il leur dit : Venez à l’écart vous-mêmes dans un lieu désert, et reposez-vous un peu; car il y avait beaucoup de gens qui allaient et qui venaient, et ils n’avaient pas même le loisir de manger.  Et ils s’en allèrent dans une nacelle en un lieu désert, à l’écart. »

Après une mission de grande envergure, marquée par un succès évident, les disciples du Seigneur viennent faire le compte rendu de la mission au Seigneur. Ce dernier après avoir écouté, leur demande de venir à l’écart dans un lieu désert pour se reposer.

Ce passage de la Bible est encore d’actualité aujourd’hui. Tout  serviteur de Dieu après avoir fidèlement fait un travail pour Dieu, doit se retirer un moment dans un « lieu désert » loin de toutes distractions et prendre  auprès du Seigneur, la nourriture spirituelle nécessaire pour son âme afin de mener à bien le prochain service que Dieu lui donnera.

La Bible dit : « Mieux vaut la fin d’une chose que son commencement » (Ecclésiaste 7.8). Certains ministères qui ont commencé au départ avec Dieu, sont aujourd’hui des missiles dans la main du diable, dont la mission est de semer la confusion dans l’esprit des enfants de Dieu et d’amener ceux qui n’ont pas encore reçu le Seigneur à se méfier davantage de ceux qui se disent chrétiens. Ces situations humiliantes pour nous, auraient pu être évitées si chaque ministre de Dieu prenait un temps pour soi, à l’écart de la foule, loin de toutes pressions et flatteries qui nourrissent la chair, afin de se ressourcer auprès du Seigneur et demander Sa direction pour la suite de la mission.

En se mettant à l’écart, on savoure pour soi-même le Seigneur qu’on sert et on le laisse nous nourrir de Sa présence. Cette présence qui nous rafraîchit et éclaircit notre vision.

Le contact avec le monde, laisse des traces impures, qui s’infiltrent de façon sournoise dans nos âmes. Et si nous ne prenons pas le temps de nous laisser épurer par la Parole, nous allons tomber dans l’activisme. Ce que nous prêcherons sera peut-être vrai, mais l’Esprit de Dieu qui accompagne les missionnaires de Dieu dans leur service, ne sera plus avec nous. Alors, tout ce que nous ferions par la suite, ne sera que du folklore. Et le diable se servira de cette occasion pour blasphémer le beau Nom de notre Seigneur.

Nous, enfants de Dieu, nous avons pour responsabilité de tenir la chair pour morte, parce qu’elle aime s’attribuer des mérites qui ne sont pas siens. Et quand la foule nous acclame pour le service efficace de Dieu que nous avons fait, ne nous fions pas à elle et ne nous laissons pas séduire. Car, c’est la même foule qui avait dit « Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur » qui avait crié plus tard « crucifie-le » (Cf. Marc 11.9 et Marc 15.14).

Je nous invite donc, serviteurs du Dieu vivant, après avoir fait un service pour notre Seigneur, à prendre un temps avec Lui uniquement (dans les jeûnes et prières et dans la lecture et la méditation de Sa Parole), afin de nous ressourcer et de recevoir de Lui la nouvelle direction et mission qu’Il voudra bien nous confier, dans Sa souveraineté.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close