Search

L’Eglise face au COVID-19 : Enjeux et perspectives

PARTAGER L'ARTICLE SUR

À jamais nos mémoires et celle de notre postérité se souviendront du début de l’année 2020 où lentement mais sûrement la terre fut prise d’assaut par un virus nommé : Corona virus !

Partant de la Chine, ce virus est en train de couvrir la terre entière, qui dans notre époque, est devenue un grand village, capable de se transmettre informations en un temps record. Les déplacements d’un coin à un autre de la planète sont juste devenus une histoire de quelques heures. Cette réalité justifie ainsi la rapidité de la propagation de ce malheureux virus sur la surface de la Terre. Paradoxalement nous nous retrouvons victimes de nos merveilleux progrès et avantages.

 À ce jour, tous les continents de la planète sont touchés, et chaque gouvernement de chaque État a annoncé des mesures que son peuple se doit d’observer. Nous voyons se profiler à l’horizon les prémices d’un gouvernement mondial en charge des affaires de la terre.

Nous avons été assaillis depuis quelques semaines maintenant d’une foule d’informations en images ou en messages vocaux de partout le monde entier : depuis les journaux, magazines officiels, aux spécialistes de tout bord, même de simples profanes, amateurs de la science, amoureux de la réflexion, étudiants… tous se sont tués à la tâche pour nous partager leurs points de vue concernant les événements en cours. Ce qui a, sans surprise, créé un chaos généralisé dans le cœur des populations.

Le but de cet article n’est sûrement pas de rajouter une analyse de plus à des milliers d’informations qui circulent sur la planète au sujet de ce virus. Comme tu le sais, ton Magazine t’accompagne au quotidien pour perfectionner ta foi, afin de réussir ta mission d’ambassadeur sur la terre.

Philippiens 3,14 (LS21) : « je cours vers le but pour remporter le prix de l’appel céleste de Dieu en Jésus-Christ. »

Ici nous voulons, en toute humilité, faire quelques pas de plus avec toi comme à notre habitude, mais cette fois, sur cette actualité majeure. Nous sommes des citoyens un peu particuliers de la terre, et il est donc important pour nous d’accueillir, de comprendre, d’interpréter ce qui frappe la terre avec un regard d’ambassadeurs que nous sommes.

Qu’est-ce que c’est que ce virus, quel message veut-il nous renvoyer, comment interpréter cela à la lumière des Écritures et surtout quelle leçon devons-nous tirer de cet événement ?

Coronavirus, qui est-il, d’où vient-il ?

Différentes informations ont circulé à propos des origines de ce virus, nous indiquant que l’homme serait à l’origine de la création de ce virus. Des articles, des livres, des travaux de laboratoire, des dessins animés, tous datant des dizaines d’années auparavant sont venus appuyer ces informations.

Devons-nous nous attarder sur ceci, alors que ce qui est fait est fait et que la vie doit absolument continuer son bonhomme de chemin ? Notre Maître Jésus-Christ ne nous a-t-il pas prévenus en ces termes :

Mathieu 24,4 (LS21) : « Jésus leur répondit : “Faites bien attention que personne ne vous égare… 6 Vous entendrez parler de guerres et de menaces de guerres :… car il faut que toutes ces choses arrivent. Cependant, ce ne sera pas encore la fin… et il y aura en divers endroits des famines [des pestes] 8 Tout cela sera le commencement des douleurs. »

Le mot « Corona » vient du latin et veut dire couronne, et le mot virus du latin « Uerus », veut dire saleté, poison, impureté, infection, mauvaise odeur, venin. Donc, coronavirus veut dire la couronne du péché, de la saleté, de l’impureté. 

Jésus nous a dit que les épidémies feront partie des fléaux qui frapperont la terre avant Son retour. Il ne nous avait pas précisé les origines de ces fléaux. Mais comme nous pouvons le constater depuis le jardin d’Eden, après la séparation de l’humanité d’avec Dieu, ce qui s’en est suivi n’est que la conséquence des actes du cœur de l’homme inspiré par l’ennemi de Dieu, Satan. Si le Coronavirus est le produit du cœur de l’homme sans foi ni loi de Dieu, devons-nous être surpris par les résultats observés ?

Jérémie 17,9 : « Le cœur est tortueux plus que tout, et il est incurable. Qui peut le connaître ? »

Que devons-nous retenir de ce virus ? Cet événement est rempli de messages codés que nous devons absolument prendre en compte.

1. La repentance et la prière des justes, des saints, de l’Église.

Éphésiens 4,11 – 13 (LSG 21) : « C’est lui qui a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme bergers et enseignants. 12 Il l’a fait pour former les saints aux tâches du service en vue de l’édification du corps de Christ, 13 jusqu’à ce que nous parvenions tous à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à la maturité de l’adulte, à la mesure de la stature parfaite de Christ. »

Ce passage nous explique la structure de l’Église équilibrée. Ces cinq ministères sont l’équivalent du ministère de l’Éducation nationale en charge de préparer les individus d’une nation, de la maternelle aux diverses formations d’adulte, à occuper leurs futures fonctions. Chaque individu est venu sur terre pour une mission, mais son don ne peut s’affiner qu’en suivant un processus auprès des personnes chargées de l’accompagner à le travailler.

Concernant le ministère de la prophétie, il manque aujourd’hui à l’Église une cellule de vigilance qui alerte l’ensemble du corps d’un danger en vue. Cette cellule de veille devant sortir du ministère de prophète. Jésus nous a dit de faire attention aux faux prophètes, mais jamais de détruire le ministère de la prophétie, sentinelle de l’Église et de la terre. Sans ce ministère, l’Église avance dans le noir. Encourageons les vrais prophètes ; ils sont indispensables dans l’équilibre du corps, et arrêtons de les critiquer injustement, parce que nous ne saisissons pas la spécificité de leur appel.

Concernant les ministères de pasteur ou d’enseignant, il nous faut de la vigilance, car nombre d’églises aujourd’hui n’amènent pas les fidèles à connaître et à servir Christ, mais plutôt un homme. Nous devons nous en repentir ! Le discipolat souffre dans les assemblées, ou l’engouement de croître pour devenir comme notre Maître laisse parfois la place à une satisfaction malsaine, consistant à dépendre d’un homme plutôt que de Christ. Nous n’avons ni le temps ni la patience d’enseigner les fondements du Royaume de Dieu aux nouveaux nés dans la foi, et généralement au bout de trois années de leur nouvelle naissance, ils s’endurcissent dans de mauvaises pratiques apprises. L’Évangile tourné vers le confort de la vie sur terre nous rend indifférents du sort de ceux qui se perdent, pour prier pour leur conversion et leur parler de la bonne nouvelle du Royaume.

Le corps par définition est une entité, un ensemble de différents organes qui forment un tout. Mais que voyons-nous ? Des ministères entiers qui se lèvent pour critiquer tel ou tel autre serviteur de Dieu ? Et pour se faire bonne conscience, ils se font appeler ministères-sentinelles pour mettre l’Eglise en garde. Il y a de quoi pleurer !

Il nous est impossible de dresser ici une liste précise de dérives que nous pouvons constater dans le corps de Christ en ces temps de la fin. Nous prions que l’Église de Christ s’érige dans l’équilibre de la sagesse de Dieu.

2. L’unité

L’Eglise est le corps de Christ sur la terre selon la Bible. En sa qualité de corps, il lui faut fonctionner en harmonie et dans l’unité. Pour y parvenir, chacun doit se tenir à sa place dans le corps, dans le respect des autres membres.

Éphésiens 4,3 (LSG 21) : « Efforcez-vous de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix. »

Paul parle de s’efforcer à conserver l’unité, si cela engage de la force, cela veut dire que c’est chose impossible à faire de manière naturelle. Au niveau du corps, si l’œil ne comprend pas ce que le cœur fait, se lève-t-il contre ce dernier pour le salir ou le critiquer ? Alors, il doit en être ainsi au sujet de l’Église.

Puissions-nous avancer dans la conscience de cette unité du Corps de Christ que nous sommes.   

3. L’Église doit reprendre sa place.

Face à cette attaque qui a frappé la terre, nous, Eglise, sommes appelés comme jamais auparavant à nous mettre au service de la terre suivant nos deux natures majeures :

  • Mathieu 5,14 (LSG 21) : « Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut pas être cachée, »

En notre qualité de lumière, nous sommes appelés à éclairer le monde, à lui apporter des solutions, à être des modèles, des exemples dans les différents domaines.

  • Mathieu 5,13 (Darby) : « Vous êtes le sel de la terre ; mais si le sel a perdu sa saveur, avec quoi sera-t-il salé ? » 

En notre qualité de sel, nous sommes appelés à apporter au monde de la saveur qui n’est rien d’autre que la paix, l’amour, le courage, la justice, la joie, la persévérance, l’espérance, la force, etc.

Alors que le monde est dans le désarroi, sans espoir, il n’y a que l’institution Église pour apporter à l’homme ce dont il a vraiment besoin. Il n’y a que notre nature de lumière pour repousser les ténèbres et de sel pour redonner de l’espoir à un cœur désespéré.

Proverbes 11,11 (LSG 21) : « La ville prospère grâce à la bénédiction des hommes droits, mais elle est démolie par la bouche des méchants. »

La prospérité de nos villes dépend de la présence des enfants de Dieu et de leurs paroles en Sa faveur.

4. Le confinement

Il est important et capital de respecter les mesures-barrières pour éviter de contaminer ou de se faire contaminer, c’est de la sagesse. Cette situation est bénéfique pour nous pousser à nous focaliser sur l’essentiel, à rattraper le temps perdu dans la distraction, à prier pour les nations, à nous détacher de la terre et de ses convoitises… Ce temps de confinement est une bénédiction pour l’Église, qui peut l’utiliser pour se réajuster, revenir sur la voie de la vérité et de la vie.

Éphésiens 5,27 (LSG 21) : « 25 Maris, aimez votre femme comme Christ a aimé l’Église. Il s’est donné Lui-même pour elle 26 afin de la conduire à la sainteté après l’avoir purifiée et lavée par l’eau de la parole, 27 pour faire paraître devant Lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable. »

Le ministère de Jésus se poursuit aujourd’hui par la personne du Saint-Esprit qui nous transforme, nous émonde, nous change, nous modèle, nous rend semblables à Christ… par Sa Parole qui restaure notre âme et change continuellement nos mentalités. Car, Christ doit nous présenter à Dieu sans imperfection aucune. Ce temps de confinement donc, le Saint-Esprit l’utilisera dans ce but glorieux.

5. À propos de l’avenir

Dans le passage de Matthieu 24,4-9 que nous avons cité plus haut, le Seigneur Jésus répond à Ses disciples qui Lui posaient une question sur les signes avant-coureurs de Son avènement. Il commence par les mettre en garde, avant de leur parler au sujet de leur préoccupation.

Mathieu 24,4 (LS21) : Jésus leur répondit : « Faites bien attention que personne ne vous égare… »

Pourquoi prend-il la peine avant tout de les mettre en garde, en précisant que cela ne sera que le commencement de la douleur ? Ce virus est venu crier plus fort que les autres signes déjà en place comme les famines, les bruits de guerre, les guerres, les tremblements de terre… Ce virus est venu crier dans nos oreilles que les véritables douleurs vont commencer à arriver.

Sa mise en garde est de ne surtout pas se laisser égarer, séduire. Pour Jésus, se laisser égarer sera plus terrible que toutes les calamités qui frapperont la terre. Car si nous demeurons en Lui, le Saint-Esprit sera en mesure de nous garder miraculeusement de la famine, de la peste, des guerres, etc. Mais si nous nous égarons, ce sera une fin terrible pour nous et pour l’éternité.

Il dira dans Marc 13,20 (LSG 21) : « Et si le Seigneur n’avait pas abrégé ces jours, personne ne serait sauvé ; mais Il les a abrégés à cause des élus, de ceux qu’Il a choisis. »

Avant que Jésus vienne chercher l’Église, elle connaîtra ces douleurs. L’objectif sera d’être encore plus lumière du monde et sel de la terre à tous les niveaux de la société :

Marc 13,9b (LSG21) : « On vous livrera aux tribunaux et vous serez battus dans les synagogues ; vous comparaîtrez devant des gouverneurs et devant des rois à cause de Moi pour leur apporter votre témoignage. »

Nous serons arrêtés, nous serons accusés… Mais l’objectif de ces comparutions dans les synagogues (religieux) et devant les gouverneurs (l’Etat) sera de pouvoir avoir accès à ceux qui ont le pouvoir sur le peuple, pour leur témoigner de la bonne nouvelle du Royaume.

Ce virus est venu nous réveiller du sommeil et de l’assoupissement. Il nous dit : ‘fortifier vos genoux languissants, vos bras affaiblis, vos émotions dépourvues d’endurance et de force face à la douleur.’

Il vient inciter celui qui était contrôlé par la peur, la crainte et les intimidations d’en sortir, pour être un témoin de Christ pour le salut des peuples incrédules de notre génération.

Ce virus vient nous avertir, que le mystère de l’iniquité est en train de se mettre en place : pour une fois dans l’histoire du monde, nous tendons assurément vers un gouvernement mondial parlant d’une seule voix.

6. Le vaccin contre le coronavirus

Le seul vaccin efficace contre le coronavirus est dans un premier temps, la repentance, le retour à Dieu par Jésus-Christ, Son Messie. Dans un deuxième temps, il faut mener une vie de consécration conformément à la bonne doctrine des écritures. Personne n’a besoin de nous le dire, pour que nous réalisions l’urgence dans laquelle nous nous trouvons en ce moment.

Dieu nous aime, et ne compte pas laisser Satan entraîner Ses enfants chéris dans la peine et la confusion. Sa volonté est qu’un grand nombre revienne à Lui, si ce n’est tous. Revenons donc à Dieu, menons une vie de consécration dans le respect de qui Il est et dans l’amour du Père qu’Il est pour nous. Prions pour ceux qui ne Le connaissent pas encore afin qu’ils reçoivent la grâce de Le rencontrer et de devenir enfants de Dieu. Que celui qui était tiède dans sa relation avec Christ puisse changer d’attitude et décider de marcher désormais d’une manière digne de Lui et pour Son plaisir.

Dans ce temps de chaos, Dieu a déployé des anges assignés à la protection de ceux qui Le connaissent et Le craignent ; rejoins vite ce corps, tu y as toute ta place.

Puissions-nous sortir de ce confinement avec une nouvelle perception de notre quotidien, et une relation encore plus intime avec le Père, au nom du Seigneur Jésus ! Amen


PARTAGER L'ARTICLE SUR

2 comments

  1. Un article profond, revelateur et reconfortant. Mille et un merci et que Dieu vous illumine encore et davantage pour toi et pour son peuple

Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close