Search

Notre marche avec le Seigneur n’est pas un sprint mais un marathon

Que l’on vous ait confié l’encadrement des enfants, que vous soyez prédicateur, membre du service d’accueil, chantre, responsable de la  jeunesse; que vous soyez simple fidèle ou que vous envisagez intégrer une quelconque commission de votre église histoire de mettre au service des autres les dons reçus : cet article est pour vous !

Nous aimerions tous connaitre le plan de Dieu pour notre vie, utiliser ces talents qui dorment en nous, juste pour la cause du Seigneur. C’est la joie pour nous tous, on est pleins d’énergie ; enfin nous pratiquons les œuvres bonnes que le Seigneur a préparées d’avance pour nous (Ephésiens 2 :10). Et pour les débuts, n’en parlons pas ! Nous sommes animés de tant de zèle et de volonté pour ce travail, pour cette œuvre qui nous a été confiée. Quelques temps plus tard, nous découvrons certaines difficultés concernant l’œuvre ; nous comprenons toutes les implications et hop ! Nous aimerions reculer, les enjeux sont tellement grands que ce que nous avions pu imaginer: « Ah non moi je ne savais pas que les enfants étaient si capricieux » ; « Ce travail demande bien plus que je ne le pensais »; etc.

Luc 14 : 28 (Louis Segond révisé) Car, lequel d’entre vous, s’il veut bâtir une tour ne s’assied pas d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi de la terminer.

Le Seigneur nous enseigne que nous engager à Le suivre est bien plus qu’une décision qu’on prend sur un coup de tête ou à la va-vite. Il faudrait qu’on s’asseye et que l’on mesure la portée de notre action. Comme des personnes avisées, il faut prendre le temps de jauger et de voir jusqu’où on pourrait aller. On ne s’y jette pas sans y avoir fait au préalable la situation, sur comment mener à bien le service afin de voir dans quelle mesure le faire.

Il ne s’agit pas d’un sprint, mais d’un marathon !

Le marathon est une course individuelle à pieds, sur une longue distance (plusieurs kilomètres). Quant au sprint, c’est une course rapide vraiment très rapide qui peut se faire par relais sur une courte distance. En voyant la marche avec le Seigneur, nous devrions savoir que nos efforts doivent être continus et cela sur une longue période, disons jusqu’à la fin de notre parcours terrestre.

Il ne s’agit pas de faire un effort colossal au début et finir par ramollir en pleine course; il s’agit d’une marche journalière au cours de laquelle nous devons persévérer, maintenir le cap, continuer par faire des efforts jusqu’à ce que nous ne soyons plus de ce monde. On ne se comporte pas au sprint comme au marathon ; c’est deux courses différentes avec des enjeux différents : le marathon nous demande plus de concentration, plus d’endurance et plus de patience. La distance à parcourir est tellement grande qu’il faut savoir canaliser son énergie et la maintenir tout au long de la course afin de ne pas être obligé d’arrêter en chemin.

Peut être que nous essayons de marcher seuls, sans l’aide du Seigneur ; nous risquons de nous retrouver alors à bout de forces en chemin, car sans Lui nous ne pouvons rien faire (Jean 5 :15). De toute façon c’est Lui qui agit en nous par l’Esprit qu’Il nous a donné ; c’est Lui qui nous donne la force nécessaire pour accomplir les œuvres bonnes pour lesquelles Il nous a appelés.

Philippiens 3:13-14 (Louis Segond révisé) : Frères, pour moi-même je n’estime pas encore avoir saisi le prix ; mais je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière et tendant vers ce qui est en avant, je cours vers le but pour obtenir le prix de la vocation céleste de Dieu en Christ-Jésus.

Autant les jours passent, autant nous devrions renouveler nos efforts et poursuivre l’excellence. Hier est passé, il est derrière nous mais la marche continue et nous devons montrer plus d’empressement pour l’œuvre. Les efforts d’hier nous encouragent à continuer la route peu importe les difficultés que nous rencontrons. Ce qui est important, c’est de nous focaliser sur le temps présent et de voir ce que nous pourrions donner, apporter à ce moment précis par rapport à la tâche qui nous a été confiée.

Oublions ce qui est en arrière et recherchons l’excellence, pourchassons la perfection chaque que la grâce d’un nouveau jour nous est accordée. Courons vers le but, uniquement vers le but, celui de mener à bien la mission reçue peu importe les difficultés.

Nous devons rechercher à nous perfectionner, et pour cela nous pouvons nous faire former. Participer à des séminaires qui entrent dans le même cadre que le service que nous offrons au Seigneur. Cela va nous empêcher de nous décourager quand nous nous rendrons compte que d’autres personnes aussi passent peut-être par les mêmes choses, les mêmes difficultés que nous. Le découragement survient quand nous pensons être les seuls à subir la pression et à avoir des difficultés.

Ne vous découragez pas, persévérez jusqu’à la fin !

Hébreux 6 :9-12 (Louis Segond révisé) Quoique nous parlions ainsi, bien-aimés, nous sommes convaincus que vous êtes dans des conditions meilleures et favorables au salut. Car Dieu n’est pas injuste pour oublier votre action, ni l’amour que vous avez montré pour Son nom par les services que vous avez rendus et que vous rendez encore aux saints. Mais nous désirons que chacun de vous montre jusqu’à la fin le même empressement en vue d’une pleine espérance, en sorte que vous ne soyez pas nonchalants mais que vous imitiez ceux qui, par la foi et l’attente patiente reçoivent l’héritage promis.

C’est par la foi et la persévérance que nous verrons l’accomplissement des promesses de Dieu et ce passage nous rassure sur la fidélité de Dieu. Il nous dit que le Seigneur n’est pas injuste et n’oublie pas les efforts que nous produisons. Néanmoins, il nous est demandé d’y ajouter de la persévérance afin de pouvoir saisir l’héritage promis. Nous devrions conserver notre zèle, éprouver au jour le jour un amour encore plus fort et rester déterminés jusqu’à la fin. Prenons courage et continuons la marche, continuons par servir avec amour et continuons par accomplir cette bonne œuvre qu’Il a mise sur nos cœurs.

Grande est notre joie lorsque nous savons que nous sommes utiles au Seigneur ; pour cela il faut que nous continuons par faire des efforts afin que notre service Lui soit agréable. La Bible nous dit qu’Il voit nos œuvres, Il voit le zèle et la sincérité que nous y mettons, Il voit l’amour que nous avons pour le service et tout ce que nous faisons pour son aboutissement et Il ne reste pas indifférent à cela car ce serait trop injuste de Sa part. Mais nous devrions montrer de la persévérance, conserver le même empressement que celui du début pour que cette œuvre aboutisse.

1 Corinthiens 9 : 24 (Louis Segond révisé) Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu’un seul reçoit le prix ? Courez, de manière à l’obtenir.

Courir de manière à recevoir le prix c’est aller jusqu’au bout de la course et la terminer avec la foi. Les difficultés surgiront, la fatigue, les persécutions et la controverse ne manqueront pas. Mais le but reste inchangé : finir la course et obtenir le prix. Nos œuvres ne resteront pas vaines car le Seigneur le juste juge nous récompensera selon la richesse de Sa gloire. Armons-nous de persévérance afin de demeurer dans Son amour, pour avoir part à l’héritage promis. Et pour ce qui est de la source de notre force, l’Eternel demeure notre appui et nous renouvelle toutes les fois que nous en avons besoin. Il nous soutient et nous soutiendra toujours lors de ce marathon que représente notre relation avec Lui.

Esaïe 40 : 31 (Louis Segond révisé) Mais ceux qui se confient en l’Eternel renouvellent leur force. Ils prennent leur envol comme les aigles ; ils courent et ne se lassent pas, ils marchent et ne se fatiguent pas.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close