Search

Nouvelle naissance et vie de foi : la repentance et ses différentes étapes !

Depuis la rébellion d’Adam, tous les hommes issus de sa descendance sont condamnés à la mort, c’est-à-dire la séparation d’avec Dieu. En effet dans Romains 5 :12 LSG la Bible déclare : « C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché ». Désormais revêtus de la nature pécheresse ou diabolique, l’homme est aussi privé de la gloire de Dieu, de Sa présence et Sa puissance tangible, en plus de tomber sous l’esclavage et la domination de Satan. Ce dernier a réussi à usurper, par la ruse, toute l’autorité ainsi que le pouvoir que Dieu a donnés à l’homme au commencement des temps.

Alors au temps marqué, Dieu a entrepris de racheter toute l’humanité par amour. En effet dans Jean 3 :16 LSG la Bible déclare : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle ». Aussi, à la croix de calvaire, le sang du Seigneur Jésus a coulé pour mettre fin à la nature pécheresse qui nous séparait de Dieu, en plus de nous donner Sa vie. Dans Hébreux 9 : 22 LSG la Bible déclare : « Et sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon ». Puis dans Jean 10 :10 LSG Il a dit : « moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance ».  À la suite de cet échange divin, chaque être humain peut désormais se prémunir de cette vie divine, en quittant le royaume des ténèbres pour être transféré dans le royaume de lumière de notre Seigneur, à condition de renoncer à sa propre vie ainsi que sa volonté, en plus de se repentir. Sans cela, l’homme pécheur est condamné à la perdition éternelle après sa mort physique. Prenons donc le temps de voir le sens profond de la repentance.

En fait « Repentance » vient du grec Metanoia qui signifie changer de mentalité et d’intention, de manière profonde et réelle. En hébreux, la repentance se dit : « Techouva », qui signifie rebrousser chemin, retourner vers Dieu, se convertir. Ainsi pour être complète, la repentance doit absolument comporter ces deux volets issus du grec et de l’hébreux. C’est uniquement en mettant les deux définitions côte à côte qu’on obtient véritablement le sens intégral de ce mot qui veut donc dire : changer d’avis, changer sa manière de penser, à la suite d’une immense tristesse ressentie dans le cœur; ensuite décider de renoncer à la vie de péché et aux œuvres mortes, tout en rebroussant chemin pour retourner ou revenir vers Dieu.

C’est donc la tristesse selon Dieu qui est le moteur de tout ce processus de repentance en nous. C’est elle qui est capable de produire un sentiment de mort en nous, dont on ne se repent jamais (2 Corinthiens 7 : 10 LSG). Cette tristesse ne vient pas nous condamner. Au contraire, elle est une grâce que Dieu nous accorde, pour nous permettre d’arriver à la connaissance de la vérité (2 Timothée 2 :25). Notons aussi qu’en amont de tout le processus de repentance, on trouve encore et toujours la conviction du Saint-Esprit (Jean 16 : 8-11 LSG), qui vient nous convaincre de péché, de justice et de jugement. Ainsi quand la repentance est aboutie et mature, elle fait naitre une foi surnaturelle en nous et un immense zèle, pour nous permettre d’expérimenter la vraie conversion.

Animé de ce même zèle dévorant le jour de la pentecôte, et rempli du Saint-Esprit, Pierre a pu s’adresser avec puissance à la foule venue célébrer cette fête de l’Éternel à Jérusalem, en leur révélant Christ le ressuscité, le seul chemin d’accès vers le trone de Dieu, dont l’accès requiert justement une repentance sincère de chaque homme. Aussi dans Actes 2 : 37-38 la Bible déclare :  » Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ? Pierre leur dit : repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit ». Dans Actes 17 : 30 la Bible dit aussi : « Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir ».

Pour nous réconcilier avec Dieu donc, pour revenir à LUI chaque fois que nous péchons, pour recevoir la grâce de notre Seigneur Jésus aujourd’hui ou demain, nous avons chaque fois besoin de nous asperger du sang de Jésus, pour obtenir notre repentance.

Pour nous aider à l’insérer dans notre marche avec Dieu, le Seigneur Jésus nous en révèle les différentes étapes ainsi que son sens profond dans la parabole du fils prodigue (Luc 15 : 11-32). Rempli du désir d’indépendance comme cela nous arrive tous, le fils prodigue demanda un jour à son père (l’ombre de Dieu le Père) de lui donner sa part d’héritage. Il alla ensuite la dilapider dans la débauche, dans un pays lointain (le symbole du pays de la rébellion). Se retrouvant ensuite dans le besoin, comme il nous arrive de subir en étant loin de Dieu, il s’est retrouvé en train de nourrir les porcs, le symbole de tout ce qui est impur et interdit par Dieu, qui constitue aussi le partage de chaque être humain qui s’éloigne de Dieu, quand l’ennemi nous pousse à succomber à la tentation.

Gloire soit rendue à l’Éternel, qui ne se lasse pas de nous pardonner tel le vrai Père (Esaie 43 :25 ; Esaie 55 :7), à condition qu’on recoure aux 5 différentes étapes de la repentance, chaque fois que nous commettons les péchés, ou chaque fois qu’il nous faut revenir vers Dieu.

1- La conviction de péché

C’est le profond regret, l’immense tristesse que nous ressentons chaque fois que nous offensons Dieu, ou que nous attristons le Saint-Esprit (Jean 16 :8 ; Éphésiens 4 :30). Le fils prodigue aussi l’a ressenti. Dans Luc 15 :17-18 LSG : « Etant rentré en lui-même, il se dit : combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! 18. Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi ». Ensuite, il faut passer à l’acte.

2- La confession 

C’est quand on exprime formellement nos regrets ainsi que notre tristesse envers la personne que nous avons offensée, soit Dieu ou encore notre prochain, en reconnaissant nos fautes et en lui demandant de nous pardonner (1 Jean 1 :9; Psaume 32 :1-5). Dans Luc 15 : 20-21 LSG: « Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa. 21. Le fils lui dit : Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils ». A cet instant précis, nous devons nous voir comme Dieu nous voit. On doit s’exprimer sans faux-fuyant, sans mensonge, sans artifice, sans atténuer la gravité de nos actes, en assumant toute notre part de responsabilité, en reconnaissant clairement que nous avons gâché notre vie à cause de notre rébellion. Et ensuite on dira : « STP Père, pourrais-tu me reprendre ? ». Après avoir exprimé nos regrets de la sorte, il doit aussi émaner de nous un changement palpable et concret.

3- L’abandon du mal

Ensuite vient l’abandon du mal (Luc 3 :8 ; Proverbes 28 :13). Cela consiste à renoncer définitivement et complètement aux péchés et aux œuvres mortes que nous pratiquions jusqu’ici, en prenant la décision de ne plus les reproduire, car autrement, notre repentance n’aurait été que superficielle. Car la vraie repentance produit toujours un changement radical. Dans Luc 15 : 24 LSG : « Car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé ».

4- La totale soumission à Dieu 

C’est l’avant dernière étape (Actes 20 :21 ; Jacques 4 : 7a). Cela consiste à choisir désormais de marcher dans l’obéissance absolue, dans tous les domaines de notre vie. Nous lisons dans Luc 15 : 19 LSG : « Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils ; traite-moi comme l’un de tes mercenaires ». En parlant de la sorte, le fils prodigue assurait désormais son père de sa soumission absolue. Dans 1 Samuel 15 : 22 la Bible déclare : « Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers ». Dieu accorde du prix à la soumission et à l’obéissance. C’est en effet une preuve de maturité dans nos relations avec Son trône.

5- La persévérance dans une constante humilité

Voici la dernière étape (1 Jean 3 :2-3 ; 1Jean 1 :8-10). Cela consiste à choisir désormais de marcher avec Dieu, dans une attitude d’humilité, en se repentant sans cesse, et reconnaissant en LUI la source de tous dons parfaits et celle de toutes grâces excellentes, et ainsi on pourra réjouir le cœur de Dieu. Dans Luc 15 :24 LSG aussi la Bible déclare : « Et ils commencèrent à se réjouir ». Aux deux serviteurs qui avaient pu multiplier les talents de leur maitre, celui-ci aussi leur dira Selon Matthieu 25 : 23 LSG : « C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de choses, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître ». Ainsi donc, c’est dans la persévérance à faire le bien, en gardant une attitude d’humilité que le Père Céleste pourra nous récompenser. Aussi, dans Jacques 4.6 la Bible déclare : « Il accorde, au contraire, une grâce plus excellente ; c’est pourquoi l’Ecriture dit : Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles ».

Le fils a pensé, parlé et agi en suivant ces 5 étapes. Chacun de nous devra aussi suivre le même exemple : Toujours engager les 3 parties de notre être dans ce processus à savoir, esprit, âme et corps, afin de nous éviter de tomber dans la fausse repentance, qui se manifeste par des remords et de la tristesse certes, sans que cela n’aboutisse en une remise en question profonde et un retour vers Dieu, comme ce fut le cas avec Judas (Matthieu 27 :3 – 5). Il avait éprouvé du remords, mais il n’a jamais décidé de retourner vers le Seigneur Jésus. C’est malheureusement aussi le partage de plusieurs personnes sur terre : Plutôt que de saisir le bon moment pour se repentir et retourner vers Dieu, qui a mis la pensée d’éternité en chaque être humain (Ecclésiaste 3 :11), elles résistent ou trainent les pieds, ignorant les signaux qui viennent de leurs consciences. Plutard, elles s’écrouleront sous le fardeau d’accusations de l’ennemi, destinées à les garder dans le statuquo, jusqu’à ce qu’ils atteignent le point de non-retour, qui constitue la mort et le jugement éternel (Hebreux 9 :27).

Alors si le Saint-Esprit vous convainc aujourd’hui, si vous ressentez une immense tristesse par rapport à votre mode de vie ou un acte posé, surtout ne trainez pas les pieds. Rentrez en vous-même comme le fils prodigue, ensuite allez-vous jeter aux pieds de Dieu pour vous repentir. Faites-le de tout cœur, si vous n’avez pas encore donné votre vie à Christ. Car la repentance qui vient de Dieu n’est pas un simple regret mais un miracle qui permet la nouvelle naissance. Faites-le aussi si vous êtes déjà devenu enfant de Dieu, mais que vous venez de succomber à une tentation ou à un péché. Ainsi le sang de Jésus pourra vous purifier de toute iniquité, en vous donnant (ou redonnant) accès au trône de Dieu (1 Jean 1 :9 LSG).

Ensuite il faudra choisir de marcher en conformité avec la Parole de Dieu, en produisant désormais du fruit digne de la repentance dans tous les domaines de votre vie, pour la gloire de Dieu.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close