Search

Que dit la Bible au sujet de l’Homosexualité ?

En parcourant l’histoire de la création dans le livre de Genèse, nous constaterons que le message biblique prône la différenciation sexuelle. Dieu créa l’homme et la femme. Ce n’est pas un hasard. Cette différenciation reconnue par la Parole a quelque chose à voir avec la révélation chrétienne. C’est grâce à la différence des sexes que le don de la vie est rendu possible et c’est à travers elle qu’on applique l’ordre divin relatif à la reproduction. Il y a là une réalité incontournable: Dieu a instauré un ordre que la nature doit suivre pour ce qui est de l’acte sexuel.

Avant de savoir le point de vue de la bible sur l’homosexualité, voyons d’abord ce que ce terme veut dire. L’homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle, exclusive ou prédominante, envers des personnes du même sexe.

L’homosexualité est condamnée dans beaucoup de traditions religieuses, et, encore récemment, la médecine la considérait comme une maladie et certains États comme un crime passible d’une peine de prison. Aujourd’hui, l’homosexualité fascine, on en parle beaucoup trop, ce qui est sans doute le signe d’un déséquilibre de notre vie psychique.

1- Ce que dit l’Ancien Testament

Dans l’Ancien Testament, on parle à quelques reprises de l’homosexualité. Elle est parfois présentée sous forme de violence. Elle prend alors la forme d’un viol. Le passage biblique le plus connu est celui où les habitants de Sodome demandent à Loth de faire sortir ses deux invités « pour que nous les connaissions » (Genèse 19 :5 LSG). Cette connaissance a une dimension charnelle, comme le montre un autre passage biblique qui utilise le même verbe (Genèse 4 :1). Le mot « sodomie » pour décrire ce désir sexuel des habitants de Sodome à l’égard de ces étrangers est resté depuis ce temps, dans le langage. Le même désir sexuel, énoncé dans les mêmes termes, se retrouve aussi dans un autre texte où des vauriens (« Les fils de Bélial » : les fils d’inutilité ou les fils de la méchanceté) cernent, à Guivéa, la maison d’un vieillard qui hébergeait un lévite de passage (Juges 19 :22). L’homosexualité est présentée dans ces deux récits comme une infamie en raison de son caractère violent, dominateur et inhospitalier.

L’homosexualité est aussi parfois liée à l’idolâtrie car il y avait, dans le monde païen, des prostitués sacrés que le peuple d’Israël désignait métaphoriquement par le terme de « chien » (Deutéronome 23 :18). Cette prostitution homosexuelle était interdite aux fils d’Israël.

L’homosexualité est aussi prise comme une abomination comme le dit Moïse dans (Lévitique 18 :22 ). Le peuple d’Israël était d’ailleurs le seul peuple du Moyen Orient Ancien à ordonner la mort pour une telle conduite (Lévitique 20 :13). Si cette pratique subsistait ailleurs, elle ne devait pas exister chez eux. Cette interdiction faisait partie de la Loi de Moïse et l’obéissance à cette Loi faisait de ce peuple, un peuple saint, consacré à YHWH (Lévitique 20 :26).

2- Ce que dit le Nouveau Testament

 Si dans les Évangiles, Jésus ne parle pas d’homosexualité, ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas attentif aux homosexuels de Son temps, Paul par contre, en parle explicitement. Dans 1 Corinthiens 6 :9 (français courant) : «… Ne vous y trompez pas : les gens immoraux, adorateurs d’idoles, adultères, pédérastes (homosexuels), voleurs, envieux…n’auront pas de place dans le Royaume de Dieu. » Et dans 1 Timothée 1 :10 (français courant) : «…la loi n’est pas établie pour ceux qui se conduisent bien, mais pour les malfaiteurs et les rebelles, pour les méchants et les pécheurs, pour les gens qui ne respectent ni Dieu ni ce qui est saint,…les immoraux, les pédérastes (les homosexuels), les marchands d’esclaves, les menteurs et ceux qui prononcent de faux serments, ou pour ceux qui commettent toute autre action contraire au véritable enseignement. » Ces deux passages citent toute une liste de péchés considérés comme rédhibitoires pour l’accès au Royaume de Dieu. L’homosexualité se retrouve insérée dans cette dernière section où, dans une liste d’actes répréhensibles, se trouvent ceux à caractères sexuels dont l’immoralité sexuelle et les adultères. Pour décrire les rôles passif et actif de l’acte homosexuel, Paul va même jusqu’à créer des néologismes pour lever toute ambiguïté quant à la culpabilité de l’acte (1 Corinthiens 6 :9). Cependant, les actes homosexuels sont considérés comme gravissimes, offensant directement la Loi divine.  Romains 1-18 ; 26-27  LSG: « La colère de Dieu se révèle du haut du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive. […]C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes : car leurs femmes ont échangé l’usage naturel en celui qui est contre nature ; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leur désir les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. »

Paul affirme que, parce que les païens n’ont pas accueilli Dieu et Sa vérité, ils ont été punis et amenés à commettre des actes contre nature. Pour Paul, ils illustrent l’impiété des païens. S’appuyant sur le récit de la création, Paul établit un lien entre homosexualité et idolâtrie. Dans l’idolâtrie, l’homme adore la créature, ne rendant pas au Créateur ce qui lui revient uniquement. Dans l’homosexualité, il se produit comme un bouleversement de l’ordre du monde et du projet divin initial, qui devait notamment être manifesté par la différence sexuelle. En effet, dans l’acte homosexuel, cette différenciation n’est pas prise en considération ; c’est pourquoi l’homosexualité constitue pour Paul la meilleure illustration possible de l’impiété.

3- Que retenir ?

En conclusion, retenons que les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés. Ils sont contraires à la loi divine. Un couple implique nécessairement, dans l’esprit biblique, une différenciation sexuelle.

L’homosexualité ferme l’acte sexuel au don de la vie. Ces actes ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. L’homosexualité ne saurait recevoir d’approbation en aucun cas. Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes, présente des tendances homosexuelles foncières. Cette propension, objectivement désordonnée, constitue pour la plupart d’entre eux une épreuve. Ces personnes doivent être accueillies avec respect, compassion et amenées à se repentir. Le péché n’est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné quand il se repent.

Jésus aime les homosexuels mais n’aime pas l’homosexualité et ne veut pas que ces gens y demeurent à jamais.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close