Search

Sept excuses qu’on se donne pour ne pas aller à l’église

PARTAGER L'ARTICLE SUR

À part quelques exceptions, le mot « église » est employé dans la Bible pour désigner une assemblée locale. La Bible présente le chrétien sans assemblée locale comme un membre sans corps, une brebis sans troupeau ou un enfant sans famille.

Nonobstant cela, nous sommes plusieurs chrétiens solitaires, qui nous isolons des autres croyants et se privant par la même occasion de la communion fraternelle.

Dans cet article, nous allons analyser ensemble les excuses qu’on se donne pour ne pas participer à la vie de l’église:

1. Le salut est personnel

« J’ai donné ma vie à Jésus, je lis ma Bible et prie régulièrement, je n’ai pas besoin d’appartenir à une assemblée ». Voici une insidieuse excuse que nous nous donnons pour ne pas participer aux réunions de l’église. Par cette excuse, le diable veut nous isoler et nous rendre plus vulnérables.

Nous avons besoin de passer du temps tout seul avec notre Dieu, afin de devenir plus intimes à Lui. Cependant, nous avons aussi besoin d’évoluer au sein d’une famille chrétienne pour grandir. La croissance spirituelle se fait au contact des autres. C’est en se frottant à notre prochain que nous développons nos muscles spirituels.

Proverbes 27 : 17 (S21) « Tout comme le fer aiguise le fer, l’homme s’aiguise au contact de son prochain. »

Genèse 2 : 18 (NEG) « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. »

2. Je ne veux plus être blessé(e)

Le processus d’aiguisement dont il a été question au point précédent ne se fait pas sans étincelles. Parfois, dans nos rapports avec les autres, il peut naître des incompréhensions, des tensions, de la colère, du ressentiment, des trahisons, un abandon, un manque d’égards, de soutien… etc. L’on peut aussi avoir l’impression qu’il existe des clans, des groupuscules et que nous n’avons pas notre place au sein d’une assemblée.

On peut alors décider de ne plus participer à la vie de notre église afin de nous protéger de futures blessures émotionnelles. Dans Proverbes 27 :17, la Bible ne dit pas que l’homme s’aiguise au contact de Dieu, mais bien au contact de son prochain. Pour que nous parvenions à la ressemblance de Christ, Dieu a besoin de placer dans notre environnement des personnes qui nous mettent dans des situations inconfortables afin de nous rendre plus tranchants et accomplir ce pourquoi Il nous a créés.

Le soir de son arrestation, alors qu’il s’apprêtait à Le trahir, Jésus a appelé Judas ‘Mon ami’ (Matthieu 26 : 50). Sans Judas, il n’y aurait pas eu la Croix ! En ce sens, Judas a été l’ami du destin de Jésus. Les gens qui s’opposent à nous, les difficultés relationnelles que nous rencontrons à l’église ou plus globalement dans notre environnement sont autant de confrontations qui nous amènent à devenir meilleurs, à faire ressortir le potentiel qui se cache en nous.

3. Je gère ma foi en ligne

La pandémie de la Covid-19 a mis en évidence le besoin de nos assemblées à assurer une diffusion digitale de leurs programmes. Il est possible grâce aux moyens technologiques de suivre le culte en ligne, apporter son offrande, organiser nos réunions de départements, d’évangéliser, de suivre des cours bibliques, suivre ou échanger avec des serviteurs de Dieu à l’autre bout du monde. 

Mais, il demeure encore des choses que le numérique ne peut remplacer comme l’expression d’un visage accueillant, le câlin réconfortant d’un bien aimé dans la foi, la chaleur humaine, le partage de la sainte cène, pour ne citer que cela. C’est pour cela que le digital doit venir en complément à notre participation à la vie de notre assemblée locale.

Psaumes 133 : 1 (LSG) « […] Qu’il est agréable, qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble ! » Autant que faire se peut, prenons une part active dans la vie de notre église non seulement en prenant part au culte mais également en nous engageant au sein d’un département pour servir Dieu.

4. J’ai un problème avec les vêtements

Il peut s’agir du fait que nous trouvons que le style vestimentaire des chrétiens soit un peu ‘préhistorique’, leur donnant une image de personnes ‘ringardes’. À l’opposé, l’on peut avoir du mal à fréquenter une église parce que les autres membres sont toujours superbement bien habillés avec de meilleurs parfums comparativement à nous.

Mais est-ce que Dieu accorde de l’importance à nos vêtements ? Oui, à observer le nombre de versets et les précisions qu’Il confia à Moïse dans la description des vêtements sacerdotaux (Exode 28) et les références de Jésus aux vêtements (Matthieu 22 : 8-12 ; Luc 15 : 21-22) nous amènent à comprendre que Dieu s’intéresse à comment nous nous présentons devant Lui.

Aller à l’église, c’est aller rencontrer le Roi. En ce sens, nous devons nous revêtir d’une façon présentable, qui honore le Roi. Cependant nous ne devons pas non plus tomber dans la religiosité en copiant les habitudes culturelles des juifs. Un chrétien peut à la fois vivre dans la piété et être en phase avec son temps. Le vêtement ne doit surtout pas être un obstacle à notre participation à la communion fraternelle. Dieu nous a créés d’une manière unique et Il ne s’attend pas à ce que nous ayons tous les mêmes goûts vestimentaires. Jésus s’attend à ce que chacun s’habille et fasse « selon ce qu’il peut » (Marc 14 : 8)

5. Il y a trop de faux pasteurs

À cause des appels aux offrandes répétés des serviteurs de Dieu et d’autres organisations chrétiennes, nombreux sommes-nous à croire que les églises sont davantage intéressées par notre argent plutôt que nous-mêmes. Beaucoup pensent que les pasteurs ne sont là que pour l’argent et les somptueux édifices religieux n’ont fait que rajouter de l’huile sur le feu.

Nous devons faire preuve de discernement en toute chose. Demandons à l’Esprit de Dieu de nous aider à démêler l’ivraie du bon grain (Matthieu 13 : 24-30), le vrai du faux.

De même, comme le suggère 2 Corinthiens 9 :7 (LSG) « Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte ; car Dieu aime celui qui donne avec joie. »

6. L’église est loin de mon lieu d’habitation

Les juifs se rendaient au temple, à Jérusalem une ou deux fois dans l’année lors des grandes célébrations (Luc 2 :41). La maison du Seigneur n’était pas très accessible. Il n’y avait que le temple de Jérusalem où il leur fallait monter pour adorer Dieu et cela, quelle que soit la région du pays où ils habitaient. Il leur fallait aller à la marche le plus souvent.

Aujourd’hui, nous avons de nombreux moyens de locomotions nous rapprochant de nos lieux de culte. On appelle généralement ‘fidèles’ les membres d’une assemblée chrétienne. Et justement, un fidèle ça devrait être une personne qui fait preuve de fidélité envers son église, quel que soit le temps qu’il fait, ses humeurs ou la distance qui le sépare d’elle.

7. Je trouve l’église et surtout les prédications ennuyeuses

Certains prédicateurs pensent à tort qu’un sermon a besoin d’être ennuyeux pour être Biblique ou doctrinal. Or, une prédication ennuyeuse amène les gens à croire que l’église est ennuyeuse. La Bible est le livre le plus passionnant au monde. Elle a le pouvoir d’inspirer, de corriger et de transformer. Cependant, dans la façon de rendre le message, le prédicateur peut le rendre assommant.

L’un de mes pères dans la foi me confiait au début de ma conversion, qu’une fois, il lui est arrivé de participer à un culte dont la prédication l’avait grandement ennuyé. Cependant, à la fin du culte, alors qu’il s’en plaignait auprès d’un proche qui avait lui aussi assisté au culte, ce dernier lui confia que son voisin s’était mis à pleurer pendant le sermon, tant celui-ci avait été bouleversé par le message.

Nous avons besoin d’entendre de nos prédicateurs le dimanche des enseignements pratiques que nous pouvons mettre en application dès le lundi. Nous devons recevoir chaque enseignement comme un verre vide qui vient recevoir une eau fraîche.

Retenons pour conclure que, quelles que soient les excuses que nous nous donnons, la vie chrétienne ne se réduit pas à un engagement envers Christ ; elle comprend aussi un engagement envers les autres chrétiens. C’est ce que Paul évoquait lorsqu’il parlait des chrétiens de Macédoine dans 2 Corinthiens 8 : 5 (NEG) « […] ils se sont d’abord donnés eux-mêmes au Seigneur, puis à nous, par la volonté de Dieu. »

On devient chrétien en se donnant à Christ et on devient membre d’une église en s’engageant dans un groupe précis de chrétiens. La première décision nous conduira au Salut et la seconde à la communion fraternelle. Dépassons nos excuses et joignons-nous à une église locale.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close