Search

Sortir de sa zone de confort. Aller au contact de l’autre.

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Matthieu 14 :29 (PDV 2017) « Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre sort de la barque et il se met à marcher sur l’eau pour aller vers Jésus. »

Il n’y a pas plus célèbre verset pour représenter la notion « sortir de sa zone de confort » ! En effet, ce verset parlant de Jésus qui marche sur l’eau et qui demande à Pierre de le rejoindre est le parfait exemple de ce en quoi consiste le fait de prendre des risques.

Pour la plupart d’entre nous passons une grande partie de notre vie à créer un environnement qui nous semble stable, sécurisant et rassurant : une zone de confort. Cette zone où nous avons nos repères et où le plus souvent nous avons intégré méthodiquement les personnes qui nous correspondent. Une fois ce schéma fait, nous nous complaisons dans cet environnement que nous maîtrisons et contrôlons plus ou moins.

Cette zone rassurante n’est pourtant pas la plus stimulante et créatrice d’opportunités pour nous. En effet, ce périmètre dans lequel nous évoluons est plutôt comparable à une stagnation personnelle qu’à une progression. Alors comment sortir de notre zone de confort et aller au contact d’autrui ?

Confort et objectifs de vie

Arrivés à un moment stable et confortable de nos vies, nous avons tendance à penser que nous avons atteint nos objectifs ; la zone de confort nous semble suffisante. Pourtant si nous regardons avec objectivité et recul, nous pouvons nous apercevoir du manque d’épanouissement personnel que peut engendrer la sécurité de la zone de confort. Notre Père nous accorde des moments de paix et de jouissance dans nos vies, cependant Dieu nous pousse continuellement à gravir des échelons dans nos vies qui nous donnent accès à de nouvelles grâces, encore et toujours plus grandes.

Mais comment atteindre ces grâces si nous n’allons pas à la rencontre de l’autre ? Dieu agit le plus souvent dans nos vies par le biais d’instruments à Lui, hommes et femmes dont Il se sert pour nous mener vers les étapes supérieures de nos vies. Mais comment rencontrer ces acteurs de Dieu (conscients ou inconscients) si nous ne prenons pas le risque de voir ce qu’il se passe en dehors de notre zone de confort ?

Tout le dilemme est donc là. La prise de risque suppose que la sortie de la zone de confort est nécessaire (et donc un passage obligatoire) pour notre évolution, et bien évidemment cela sous-entend la nécessité d’aller au contact des autres.

Aller à la rencontre de l’autre

Sortir de sa zone de confort c’est une façon de prendre des risques, d’aller au-delà de sa « bulle » et de chercher à rencontrer des personnes qui pourraient être les passerelles vers des bénédictions supérieures dans nos vies.

Pas tout le temps évident à mettre en place, mais le plus important est de rester bien disposé. Ces nouvelles rencontres peuvent se faire n’importe où et à n’importe quel moment ; il est donc important de lâcher prise et de laisser la providence faire son travail.

Apprenons simplement à dire oui devant une opportunité de faire les choses différemment. Cela ne veut pas dire que l’on accepte tout et n’importe quoi. Cela induit juste de ne plus chercher à avoir le contrôle sur chaque évènement de notre environnement, mais de laisser Dieu agir dans nos vies et à travers notre foi.

La peur a tendance à nous envahir dans ces moments, mais rappelons-nous une chose : Qu’avons-nous à perdre ? Si notre foi est ferme, nous savons que Dieu subviendra à nos besoins en toutes circonstances ; nous avons un filet de sécurité constamment présent à nos côtés. Il veille à nos chutes et à nos débordements. Si nous nous appliquons à Le garder au centre du processus, à mettre chacune de nos actions en prières, nous serons guidés, et toujours assurés par la voix du Saint-Esprit d’emprunter la bonne route.

Besoin d’aide ?

Choisissons les bons compagnons de route pour quitter notre zone de confort en toute sérénité. Ceux qui seront là pour nous conseiller, nous rassurer, nous orienter… Ceux qui ne nous laisserons pas être envahis par des sentiments qui pourraient être néfastes à notre cheminement, tels que la peur, le doute, la crainte.

Dans ces compagnons, prenons Dieu en tout premier lieu, pour la force de Son amour et Sa protection inébranlable. Demandons par la suite l’accompagnement du Saint-Esprit pour faire preuve de discernement et de sagesse, et prions pour la présence de Jésus à nos côtés ; qu’elle nous permette d’avoir le courage, la volonté et la détermination pour passer chaque étape, chaque difficulté, avec foi et conviction.

Choisissons dans notre entourage des amis partageant les mêmes valeurs que nous, qui nous accompagneront dans ce processus. Cela nous permettra d’avoir un indicateur constant de ce que nos nouvelles rencontres doivent véhiculer comme valeurs profondes pour faire partie de nos vies ; et surtout, si elles sont bien des instruments de notre Père Céleste pour nous conduire vers une autre étape de nos vies.

Prendre des risques fait partie de la marche avec Dieu, la mise en danger non. C’est pour cela qu’il est utile de faire la différence entre les deux, et de s’entourer correctement, afin d’exploiter au maximum les opportunités que Dieu met sur notre chemin. Ces notions sont encore plus importantes lorsque l’on travaille avec « l’humain » ! A ce moment-là, nous ne sortons pas de notre zone de confort pour les mêmes objectifs, nous cherchons à créer de nouvelles relations, de nouveaux contacts, de nouveaux échanges. Les prises de risques « relationnelles et humaines » ne sont pas les mêmes, et n’ont pas les mêmes répercutions que les prises de risques matérielles. Mais elles sont beaucoup plus enrichissantes ! N’oublions pas, la zone de confort n’est pas la finalité, bien au contraire c’est à peine le commencement de notre destinée, alors mes frères et sœurs, au travail !


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close