Search

SOS : Je suis chrétienne et enceinte.

Spread the love

Tu es jeune célibataire ou fiancée, et tu commences à avoir la nausée, de la fatigue, un appétit qui grandit; et là tu te souviens que tu as eu un rapport sexuel non protégé il n’y a pas longtemps.

La peur apparaît, tu te poses des questions, le doute arrive et là tu te dis : « Non, pas moi !  » . Tu commences à pleurer, la peur laisse place à la panique, tu penses à tes parents, tes amis, aux membres de l’assemblée, ton entourage, que vont-ils dire et penser de toi ? Tu finis par acheter un test et là, tu te rends compte qu’il est positif : tu es enceinte !

Un embryon, une vie!

En voyant ce test positif, il y aura tout d’abord, toutes sortes de pensées qui te traverseront l’esprit. Car probablement, tu es encore étudiante, ou tu es une mineure, peut-être même que tu es fiancée. Je ne connais pas ta situation exacte mais pendant un temps d’inattention, tu as fait ce qu’il ne fallait pas et tu t’apprêtes à être une future maman, bien avant tes plans.

Parmi toutes les pensées, il y aura probablement celle de l’avortement qui te traversera. Après tout, tu peux avorter, ni vu ni connu. Mais n’oublies tout de même pas que notre Dieu voit tout. Au-delà de Dieu, il y a ton corps, ta conscience qui s’en rappellera. Tu risques de faire naître une blessure en toi. Quand il y a un embryon en formation, l’âme est déjà là et Dieu ne peut, en aucun cas, être favorable à ces choses. Je t’assure, avorter n’est pas la solution, cet enfant peut être la future Esther ou Déborah de son temps, le prochain Samuel ou Moïse : une bénédiction pour le peuple de Dieu.

Tu penses peut-être aussi au suicide, mais ta vie est précieuse aux yeux de Dieu, tout comme celle de ton enfant à naître. Si Dieu t’accorde le souffle de vie, c’est qu’Il désire t’utiliser. Oui oui, Il le désire fermement. Oui tu as fait une erreur certes, mais ce n’est pas pour autant que Dieu ne veut plus de toi. Nous faisons tous des erreurs dans la vie, nous commettons tous des actes que nous n’aurions pas préféré faire. Cependant, nous avançons avec ! Pierre a trahi Jésus, et cela ne l’a pas empêché d’être celui que Dieu a utilisé pour que 3000 âmes soient sauvées et encore plus !

Quand ces pensées viennent, crie à Dieu et proclame 2 Corinthiens 10 :5 (LSG) « Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ »

L’ennemi se joue de toi, et cela ne glorifie absolument pas Dieu. Ce qui me permet maintenant de passer au second point : se pardonner.

Pardonne-toi!

En effet, sache que pour Dieu, en aucun cas, il n’y a de péché plus grand ou plus important qu’un autre. Il est vrai que les Hommes hiérarchisent les péchés à leur convenance, mais aux yeux de Dieu, il n’en est pas ainsi. Il nous pardonne toutes nos erreurs et nos fautes, pour peu qu’on se repente sincèrement et qu’on se détourne du mal. 1 Jean 1:9 (Martin): « Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés, et nous nettoyer de toute iniquité.« 

L’étape qui semble parfois la plus difficile, ce n’est pas de croire que Dieu nous a pardonnés, mais c’est celle de nous pardonner à nous-mêmes. Aujourd’hui, sache que tu dois saisir ta liberté, quel que soit ce qu’on t’a dit ou encore ce qu’on te dira, que l’on dira de toi, regarde-toi comme Dieu te regarde…avec amour, comme celui du père du fils prodigue. Car Dieu te voit désormais au travers de Jésus-Christ.

Alors, c’est vrai qu’il y a des conséquences qui seront présentes (tu auras de nouvelles responsabilités, peut-être que certains te rejetteront…); mais il faut les surmonter envers et contre tout. Et avec l’aide de ton Dieu, c’est possible. Alléluia ! Ne laisse pas la culpabilité, la honte, la dépression ou encore le découragement être ton partage. Mais dis plutôt : « Non ! Je refuse cela au Nom de Jésus-Christ de Nazareth ».

Philippiens 3:13-14 (LSG): « Frères, je ne pense pas l’avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant,  je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. »

Tu sais, Dieu sait que nous ne sommes pas parfaits. Cependant, Il a tout fait pour que nous soyons libres. N’accepte pas d’être enchaînée dans la culpabilité et les accusations de l’ennemi. Demain, ta vie sera un témoignage vivant pour quelqu’un. Cette situation sera un encouragement pour une jeune fille que tu pourras, à ton tour, soutenir, quand elle vivra ce que tu vis. Alors relève-toi, Dieu t’a déjà pardonnée. Maintenant, c’est ton tour de te dire : « Je me pardonne et maintenant, j’avance avec Jésus-Christ ! ».

Malgré tout!

Ce dernier point est véritablement pour t’encourager à prendre soin de ton enfant. Il n’était pas prévu dans ton programme mais, il a droit à tout ton amour, ton affection, ta joie, ton temps…

Probablement que tu continueras tes études, et je t’y encourage. Mais n’oublie pas, peut-être aimes-tu encore beaucoup sortir avec tes amis; désormais, prends grand soin de cet enfant, ne laisse pas tes parents, ni une autre personne te remplacer dans ton rôle de mère. Sois celle dont ton bébé a besoin.

Dans le cas où c’est possible, je t’invite à laisser ton enfant voir son père également, c’est très important. Il ne faut pas que l’enfant ressente qu’il n’est pas désiré ou qu’il est une charge, un fardeau. Il faut que tu te battes, car ton enfant est aussi appelé à servir Christ plus tard. Et il faut donc que tu puisses lui enseigner des valeurs et principes selon la Parole de Dieu.

Je ne suis pas en train de dire qu’il faut te marier avec le père de l’enfant, et je ne dis pas non plus de ne pas le faire. Ceci étant, demande véritablement à Dieu quelle est Sa volonté agréable et parfaite, afin que tu aies la conviction de Son plan pour toi. Si Dieu te révèle de ne pas te marier avec le père de ton enfant, ce n’est pas une raison pour empêcher le papa et l’enfant de se voir, se parler ou se côtoyer, car ton bébé a également besoin de son papa.

Pour finir, sache que Dieu transforme souvent le mal en bien. Demande-Lui donc de placer les bonnes personnes sur ta route, afin que tu puisses être bien accompagnée pendant ce temps, certes particulier et rempli de rebondissements. Garde en mémoire les moments de joie, de fou rire, de douceur, de légèreté. Et par-dessus tout, devient cette amie intime de Dieu, rapproche-toi de Lui et Il te conseillera, te guidera.

Il faut continuer d’avancer et embrasser la vie que Dieu nous offre à chaque instant. Si aujourd’hui tu lis cet article, et que tu n’es pas dans cette situation, mais tu connais une jeune chrétienne maman ou future maman en dehors mariage, je t’invite à ne pas la blâmer, ni la juger et encore moins la faire culpabiliser. Mais simplement d’être une oreille attentive, une épaule sur laquelle elle pourra peut-être pleurer, conter ou partager sa situation.

Proverbes 17:17 (LSG) « L’ami aime en tout temps, et dans le malheur il se montre un frère. »

2 comments

    1. Shalom Loïc,
      Ravi de savoir que cet article a été pour toi un encouragement. Merci de nous l’avoir fait savoir! C’est très encourageant. En effet, nous voyons que les articles sont lus mais avoir un retour est boostant pour la suite.
      Oui continuons à bénir le maître excellent Jésus-Christ qui nous enseigne et nous dirige en toutes choses.
      Sois richement béni.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close