Search

Comment apporter son soutien en période de deuil ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Romains 12 : 15 (LSG) « Pleurez avec ceux qui pleurent. »

Lors d’un deuil, on reçoit parents, amis et connaissances qui viennent nous exprimer leur soutien et leur compassion. C’est réconfortant mais parfois gênant de la part de certains frères et sœurs en particulier qui tiennent parfois des propos très déplacés. Présenter ses condoléances, c’est compatir, souffrir avec l’autre et exprimer son empathie, son soutien. Cependant, il y a des propos à dire et des propos à ne pas tenir.

Elle était chrétienne / Il était chrétien ?

Je me suis toujours demandé: « pourquoi les gens posent cette question ? » Les chrétiens principalement. Certains même vont jusqu’à dire: « j’espère qu’il/elle n’était pas dans un moment de faiblesse. » Et sans même attendre la réponse parfois, ils enchaînent avec toute une théorie. Tu te préoccupes peut-être de son salut. Ok. Mais, tu sais quoi ? Nul ne sait les derniers instants d’une personne qui décède. Et ce n’est pas à toi de venir débiter sur sa foi ou non devant des parents endeuillés, une famille éplorée. Si tu n’as rien à dire, tais-toi. Garde le silence jusqu’à ce que tu quittes les lieux. Le silence est aussi une forme de langage pour exprimer son soutien et sa compassion. Et il fait moins mal que des propos mal placés.

Comment le décès est survenu ?

Qu’est-ce qui s’est passé ? Qu’est-ce qui a occasionné le décès ? Comment est-il décédé ? Et c’est parti pour des commentaires qui n’ont pas lieu d’être. En quoi ces informations sont utiles pour toi, si ce n’est nourrir ta curiosité ?

Tu sais, rappeler les circonstances d’un drame qui a emporté un proche c’est comme remuer le couteau dans la plaie. Alors de grâce, ne demande aucun détail sur les circonstances du décès, ce qui a provoqué l’incident puis le décès, à quel moment il est survenu, etc. Certains insistent, même lorsque la famille se garde d’en parler. Respecte leur douleur, respecte leur silence.

C’est déjà assez difficile la perte d’un être cher, ne viens pas encore l’emmener à revivre des instants que cette personne voudrait oublier ou dont elle ne veut plus jamais se souvenir. La Bible nous recommande d’aller dans une maison de deuil et de réfléchir. Ecclésiaste 7 : 2 (LSG) « Mieux vaut aller dans une maison de deuil que d’aller dans une maison de festin; car c’est la fin de tout homme, et celui qui vit prend la chose à cœur. » Alors, trouve l’occasion de réfléchir sur ta vie, ta mission, ta foi et celle de tes proches.

C’est un temps de douleur certes, mais un temps d’enseignements et de leçons à tirer par rapport à notre vie et notre manière d’adorer le Seigneur… C’est là qu’on prend conscience qu’on ne sait ni l’heure ni le jour et qu’à tout moment on peut passer de vie à trépas. On réalise que demain ne nous appartient pas. On comprend que nos voies ne sont pas celles du Seigneur et que nos pensées ne sont pas Ses pensées. On comprend que c’est Lui qui tient nos vies entre Ses mains. On comprend que Dieu est Dieu, Il fait ce qu’Il veut quand Il le veut. Cherche à comprendre le message à appliquer à ta vie au lieu de vouloir tout savoir pour aller en faire un sujet de causerie et de commérages.

Qui est la sentinelle de la famille ?

Je vous assure que cette question, un frère en Christ me l’a posée lors du décès de mon frère aîné. Tout de suite, je n’ai pas jugé cette question déplacée, mais bien plus tard, je me suis demandé, à quoi pensait-il en émettant une telle interrogation ? Etait-ce poussé par l’Esprit ou poussé par son désir de juger et condamner ?

S’il te plaît, ne viens pas chercher qui prie pour la famille ? Ou encore est-ce que la famille avait une bonne vie de prière ? Même si ça peut paraître utile pour réveiller les esprits et faire prendre conscience, ça ne demeure pas moins importun. Ce n’est pas parce qu’on est chrétien, qu’on prie et appartient à Christ qu’on ne connaîtra pas l’expérience de la mort.

Psaumes 34 : 19 (LSG) « Le malheur atteint souvent le juste mais l’Éternel l’en délivre toujours. »

Dieu dans Sa souveraineté, fait ce qu’Il veut et comme Il veut et quand Il le veut. Même si, au regard des circonstances, cette mort pouvait être évitée par une vie de prière intense, tu n’as pas besoin de le signifier à l’endroit de tes bien-aimés endeuillés. Perdre un être cher met déjà nos émotions à rude épreuve. N’en rajoute pas par tes propos.

Il faut aller de l’avant maintenant.

Ne minimise pas sa douleur. La mort est si difficile, quelle que soit la forme qu’elle prend et les circonstances dans lesquelles elle survient (même après une longue période de maladie où l’on pourrait dire que c’est une libération). Bien que tu souhaites aider la personne à rester forte et positive, à garder l’espoir en un avenir radieux, il est important de reconnaître qu’elle souffre. Alors, il faut lui accorder du temps, le temps pour accepter et évacuer. Ne lui mets pas de pression pour qu’elle passe rapidement à autre chose.

Pire encore, ne la compare pas à un tiers qui a réussi à s’en remettre plus vite. Ce serait minimiser sa douleur et banaliser sa souffrance. Qu’importe le niveau de notre foi, certaines douleurs sont si vives qu’elles nous assomment et nous font parfois baisser dans la foi. Quoiqu’elles soient des propulseurs de foi pour certains. Les expériences varient d’une personne à une autre, alors évite toutes comparaisons. Contente-toi de consoler cette personne avec des versets bien adaptés afin que par la parole de Dieu, elle soit relevée et fortifiée.

Psaumes 119 : 28 (LSG) « Mon âme pleure de chagrin: Relève-moi selon Ta Parole ! »

Nous allons prier pour le repos de son âme.

La prière n’est utile que lorsque la personne vit, elle ne sert plus à rien une fois qu’elle est endormie. Ne rassure pas une famille éplorée que tu vas prier pour le repos de l’âme de leur défunt. Ça n’aura aucun effet. Prie pour tes proches pendant qu’ils sont encore vivants. Parle-leur de Jésus. Prêche-leur la parole du salut. Après la mort, on ne peut plus rien faire pour leur salut.

La Bible nous recommande de soutenir les personnes endeuillées, de nous rendre dans une maison de deuil plutôt que dans une maison de joie. Alors, se rendre chez des proches endeuillés est une marque d’amour, de solidarité. Mais, ta présence sera plus utile si tu arrives à les soutenir avec sagesse; à montrer de l’empathie parce que ça n’arrive pas qu’aux autres.

Exprime ton soutien le plus simplement possible. Montre que tu es conscient de la charge émotionnelle qu’engage une telle situation et qu’elle/il n’est pas seul(e). Par-dessus tout, montre-leur de l’amour; prie pour la famille afin que Dieu les garde et les réconforte. Agis envers eux comme tu aurais souhaité qu’on fasse pour toi.

Si tu passes en ce moment par un temps de deuil, retiens ceci de la part de l’Éternel ton Dieu, ton Père céleste: Ésaïe 51 : 12 (LSG) « C’est Moi, c’est Moi qui vous console. » Serre bien cette promesse dans ton cœur et rappelle-la au Seigneur.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close