Search

Le Pardon : le recevoir et l’offrir en retour

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Le pardon est un pilier du plan de la rédemption de Dieu à l’égard de l’homme. Le créateur aimant, veut que Sa créature revienne à Lui. Alors Il a instauré le chemin du pardon. Ce chemin a pour objectif d’effacer les péchés que nous accumulons contre Dieu et contre notre prochain et ainsi de pouvoir à nouveau nous tenir dans Sa présence et celle d’autrui.

La condition corrompue de l’homme, l’avait jusque-là tenu éloigné de Dieu et dramatiquement l’intimité avait été perdue. Mais grâce au sacrifice de Jésus à la croix, le Seigneur permet à tout homme qui se repend sincèrement de ses fautes d’être gracié. Ce schéma divin que Dieu nous offre nous apprend que désormais, nous aussi nous pouvons pardonner. Pardonner le mal que l’on nous fait comme Dieu nous a aussi pardonné. Souvent dans nos vies nous sommes confrontés à une situation qui exige un pardon de notre part, à tort ou à raison, cette parole de Jésus nous dirige vers l’unique et bonne décision à prendre : celle de la miséricorde.

Jean 8.7 (LSG) « Que celui de vous qui est sans péché, jette la première pierre contre elle. »

Recevoir le pardon

La repentance : reconnaître, confesser et être gracié.

Reconnaître son état de pécheur et demander pardon à Dieu en confessant nos fautes est l’étape initiale. Notre cœur et notre conscience sonnent une alerte intérieure que nous ne pouvons nier. La raison (la chair) s’exclamera qu’il y a eu des circonstances conduisant à une attitude mauvaise, elle se trouvera toujours un tas d’excuses pour se justifier.

L’esprit de Christ qui nous habite nous fera reconnaître notre triste état, certaines de nos attitudes et que nos pensées peuvent blesser, heurter ou léser. Attrister en tout premier lieu le Seigneur ou quelqu’un et c’est ce même esprit qui nous convainc de pécher.

Joël 2.12 (LSG) : « Revenez à moi de tout votre cœur avec des jeûnes, avec des pleurs et des lamentations … car Il est compatissant, miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté … »

Quel bel exemple fit David, le roi d’Israël, bien-aimé du Seigneur lorsqu’il se repentit ! Le psaume 51 est un exemple d’humiliation et de confession, ce qui est d’une bonne odeur pour Dieu. La repentance seule pourra nous amener à retrouver un cœur pur et un esprit bien disposé. La parole nous dit dans le Psaume 32:10 que celui qui se confie en l’Éternel est environnée de Sa grâce et la récompense ne se fait pas attendre. Car au verset 11 l’amertume et le regret ont laissé place à la réjouissance. Ayant obtenue le pardon de Dieu, ayant mis nos cœurs en règle au regard de Sa parole, Il nous qualifie, Il nous appelle Ses « justes », nous qui redevenons droit de cœur.

Actes 17.30 (LSG) « Dieu sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tout lieu, qu’ils aient à se repentir. »

Dieu a compassion de nous et Il nous pardonne. Après avoir reconnu et confessé nos péchés, le Seigneur dépose un baume de grâce sur notre cœur désolé. Le Saint-Esprit n’est plus attristé constatant que nous avons décidé de revenir de nos mauvaises voies.

Demander pardon exige un effort qui souvent va à l’encontre de nos mécanismes humains, de nos habitudes et de notre fierté. La société dans laquelle nous vivons, nous incitera souvent à être fort plutôt que faible, à gagner plutôt qu’à perdre, quitte à transgresser une loi ou au détriment d’un principe ou d’une morale et plus gravement encore à désobéir à la Parole de Dieu. Cette même Parole qui est une grâce imméritée. Dieu Lui, choisit d’élever le faible plutôt que le fort et Il nous demande aussi de diminuer pour qu’Il croisse. Fortifiés par cela, l’humilité commencera à germer dans nos cœurs et c’est d’elle que la repentance quotidienne tirera sa force.

Le sang de Jésus lave les fautes du cœur sincère.

Psaume 103.3 (LSG) « C’est Lui qui pardonne toutes tes fautes. Qui guérit toutes les maladies. »

Offrir le pardon

Maintenant que nous avons connu et goûté au pardon divin, nous pouvons à notre tour commencer à l’offrir aux autres. Nous commençons à envisager cela. Dieu nous a enseigné que le pardon humain et intellectuel avait ses limites et que le véritable pardon venait de Lui. C’est un cadeau du Seigneur.

Matthieu 18.21 (LSG) « Alors Pierre s’approcha de Lui, et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu’à 7 fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois. »

Dieu veut que le pardon envers notre prochain soit inconditionnel et systématique. Il s’agit aussi pour l’autre d’accepter ce pardon pour qu’aucune des deux parties ne laisse de place à l’ennemi de nos âmes. L’ennemi s’infiltrera sournoisement au travers de mots comme amertume, rancune et colère et de maux tels que regret, remord et condamnation.

Toutes ces folies n’accomplissent pas l’œuvre de Dieu et elles sont en fait des cancers que satan sème à tout va par le biais de notre chair. Il a en vue de gangrener la relation que nous avons avec le Christ et avec nos semblables ; cela aura pour conséquence de détourner notre regard de Dieu pour le rediriger vers nous-même. Ce mal nous rend prisonnier et captif de nos raisonnements charnels et psychologiques ainsi que du jugement des autres.

 Pardonner c’est ôter un fardeau chez l’autre, qui porte le nom de culpabilité et de désespoir, en ôtant par la même occasion le nôtre qui se nomme colère et amertume. Là où l’homme est limité, seule la grâce de Dieu peut briser nos chaînes et nous rendre libres ! Le Seigneur restaure les cœurs et installe la paix, paix qu’Il nous laisse et qu’Il nous donne car Il ne veut plus que nos cœurs se troublent ni ne s’alarment (Jean 14.27).

Alors si nous avons à pardonner et à demander pardon, faisons-le immédiatement. Nous pouvons et nous devons pardonner à ceux qui nous ont blessés et trahis, pardonnons à quelqu’un de notre famille, pardonnons à quelqu’un qui nous a renié, et pardonnons jusqu’à l’impardonnable. Avec Dieu nous le pouvons et nous le devons, le pouvoir de Dieu au travers du devoir de l’homme.

Le pardon s’avère être une porte que l’on décide d’ouvrir et une barrière que nous brisons. Cela permettra alors de sortir d’un état de confinement et de blocage. Une porte ouverte sur quoi ? Sur la possibilité d’une évolution, d’un changement, sur l’ouverture à Dieu et à notre prochain, sur l’invitation à la rencontre, au dialogue, à l’acceptation, à l’amitié renouvelée, mais aussi et surtout à laisser de nouveau entrer l’amour et la lumière dans nos vies et celles des autres.

C’est une restauration de l’âme. L’âme, cette partie de nous qui fait le plus mal et qui engendre le plus de souffrance. Cette portion éternelle de nous que Dieu chérit tant.

Le pardon est un cap à franchir, une ouverture à la maturité spirituelle gracieusement offerte par Dieu et avec Son aide. Comme l’amour de Dieu (1 Corinthiens 1.13), il est pérenne et sincère que lorsqu’il trouve sa source dans les Écritures. Notre Seigneur n’est jamais à court de pardonner malgré nos fautes qui sont innombrables mais l’amour du Seigneur lui est incommensurable.

Le modèle à suivre est celui-ci et quelle belle preuve d’amour !

Jean 3.16 (LSG) « Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné Son fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle »

Nous bénissons Dieu et Il nous bénit. Alors, soyons à notre tour une source de bénédiction pour les autres.

Que Dieu soit loué !


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close
Fermer
S'ABONNER À NOTRE NEWSLETTER
RESTEZ CONNECTÉS!
Recevez dans votre boîte email l'exhortation du jour, la prière du matin ainsi que les nouveaux articles publiés.