Search

Pourquoi un chrétien doit-il s’intéresser à l’entrepreneuriat ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Ecclésiaste 9 :10 (LSG) « Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le; car il n’y a ni œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse, dans le séjour des morts où tu vas. »

Aujourd’hui nous sommes dans un monde où le marché du travail est en perpétuelle évolution. De ce fait, l’un des défis de plusieurs pays demeure le problème d’embauche des étudiants diplômés de nos universités, écoles et centres de formations. La mauvaise nouvelle c’est que la majorité des Etats ne sont pas en mesure d’embaucher tous les diplômés qui sortent des universités et grandes écoles. C’est dans ce contexte que l’entrepreneuriat apparaît comme la voie de l’émancipation, une voie qui en revanche n’est pas de tout repos.

Proverbes 12 : 27 (LSG) « Le paresseux ne rôtit pas son gibier; mais le précieux trésor d’un homme, c’est l’activité. »

Pour tous ceux à qui le Seigneur a fait la grâce de trouver un emploi stable, il faut reconnaître que dans la plupart des cas le salaire à lui seul ne peut supporter toutes les charges.

Toi qui fais la lecture de cet article, nous sommes porteurs d’une bonne nouvelle en cet instant : chacun selon ses compétences et aptitudes peut s’intéresser et réussir dans l’entrepreneuriat.

L’entrepreneuriat n’est pas destiné seulement à une catégorie de personnes, mais tout le monde devrait s’y intéresser.

Qu’est-ce l’entrepreneuriat ?

L’entrepreneuriat, c’est l’action de créer une entreprise dont la conséquence est la création de la richesse et/ou de l’emploi.

C’est aussi le fait de mettre ses talents au service des autres, de son pays ou du monde en apportant des solutions aux besoins/problèmes.

Le dictionnaire indique des synonymes comme commencer, tenter, s’engager, au verbe entreprendre. Des verbes d’action qui définissent parfaitement le sens véhiculé par ce terme. L’entrepreneur est l’initiateur du projet. Il est également celui qui prend le plus de risques en démarrant une activité dont les seuls garants sont sa créativité et sa foi.

Au-delà de tout cela, l’entrepreneuriat se définit comme la faculté de créer de la valeur ajoutée à partir de ressources limitées, les exploiter afin de pouvoir répondre à une demande exprimée par les consommateurs.

Entreprendre c’est investir : selon le dictionnaire, c’est le fait d’acquérir de nouveaux moyens de production, d’améliorer leur rendement ou de placer des capitaux dans une activité économique, dans une entreprise, etc. L’essence de l’investissement est la perspective d’en retirer un profit. En effet, investir consiste à engager des fonds aujourd’hui, afin d’obtenir un bénéfice dans le futur.

Sans toutefois exagérer ni chercher à frustrer quiconque, j’estime que le cycle de vie d’une personne devrait s’accommoder à ces trois stades essentiels.

Stade 1 : Apprendre et travailler pour une entreprise.

Ce premier stade consiste à apprendre et à faire valoir ses compétences en travaillant pour une entreprise ou un particulier.

Jacob a été chez son oncle Laban, il a travaillé pour lui pendant 20 ans, il a eu des épouses. Il a eu de l’expérience, on pourrait dire qu’il a été le premier généticien en faisant des croisements entre les animaux. Tu conviens avec moi que Jacob n’est pas resté indéfiniment chez son oncle Laban. Il a fait 20 ans après quoi il a demandé à partir de chez son oncle.

Genèse 30 : 25 (LSG) « Lorsque Rachel eut enfanté Joseph, Jacob dit à Laban : laisse-moi partir, pour que je m’en aille chez moi, dans mon pays. »

Stade 2 : Travailler pour soi-même (sa propre entreprise).

Ce deuxième stade consiste à travailler pour soi-même/ses propres affaires.

Genèse 30 : 30 (LSG) « Car le peu que tu avais avant moi s’est beaucoup accru, et l’Eternel t’a béni sur mes pas. Maintenant, quand travaillerai-je aussi pour ma maison ? »

Jacob pouvait dire à son oncle Laban : l’Eternel t’a béni depuis que je suis chez toi mais maintenant, il est temps que je travaille aussi à mon propre compte, pour ma propre entreprise/famille.

Pour ceux qui sont embauchés dans une entreprise, je ne vous demande pas de démissionner forcément. Je vous encourage plutôt à investir dans un domaine/une activité génératrice de revenus en dehors de votre travail. Si à la longue, il se trouve que votre affaire nécessite votre présence tous les jours, peut-être qu’à ce moment-là serez-vous contraint de devoir démissionner.

Jérémie 1 :10 (LSG) « Regarde, Je t’établis aujourd’hui sur les nations et sur les royaumes, pour que tu arraches et que tu abattes, pour que tu ruines et que tu détruises, pour que tu bâtisses et que tu plantes. »

Stade 3 : Les autres travaillent pour ton entreprise.

Le troisième et dernier stade, c’est ce niveau ou tu as bâti une entreprise et que celle-ci prospère au point qu’elle peut fonctionner sans forcément ta présence 24H/24 ou 7/7.

Genèse 26 :12-13 (LSG) « Isaac sema dans ce pays, et il recueillit cette année le centuple ; car l’Eternel le bénit. Cet homme devint riche, et il alla s’enrichissant de plus en plus, jusqu’à ce qu’il devint fort riche. »

Deux raisons pour lesquelles un chrétien doit entreprendre.

  • Créer de l’emploi.

Le taux de chômage de nos jours évolue de façon exponentielle. Le fait d’avoir une idée de projet et la concrétiser te permettra d’embaucher certains frères et sœurs dans le Seigneur qui ont la compétence et les acquis dans le domaine d’activité en question. Cela va diminuer le taux de chômage dans nos assemblées et nos églises. Les frères que tu embaucheras pourront soutenir financièrement l’œuvre de Dieu dans leur communauté et même au-delà. Et tu pourras promouvoir des valeurs chrétiennes dans ton milieu professionnel.

  • Bâtir de la richesse pour soutenir l’œuvre de Dieu.

Galates 6 : 6 (LSG) « Que celui à qui l’on enseigne la Parole fasse part de tous ses biens à celui qui l’enseigne. »

Quelqu’un disait que « Si l’évangile et le salut sont gratuits, l’évangélisation ne l’est pas ». Comme toi, je rêve d’entreprises qui sont bâties sur Jésus et qui travaillent dans le sens de l’évangélisation. Mais aussi à soutenir d’une manière ou d’une autre les serviteurs de Dieu.

Le Seigneur attend de nous que nous fassions :

  • Des dons aux associations chrétiennes.
  • Des dons/offrandes pour soutenir les campagnes d’évangélisation.
  • Des dons/offrandes aux serviteurs de Dieu.

Avec notre salaire uniquement cela n’est pas évident, car le salaire permet de gérer les charges fixes. Pour mieux soutenir l’œuvre, nous devons avoir d’autres sources de revenus.

Genèse 2 :10 (LSB) « Un fleuve sortait d’Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras. »


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close