Search

Père, tu dois jouer ton rôle !

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Proverbes 22 : 6 (LSG) « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera point. »

Dans nos sociétés actuelles, on se rapporte le plus souvent à la mère lorsque l’éducation d’un enfant est ratée. Pourtant, l’éducation d’un enfant n’est pas que l’apanage de la mère. En effet, le rôle du père n’est pas à négliger. À travers des figures paternelles que nous révèle la Bible, je vous parlerai de la responsabilité du père dans l’éducation de ses enfants, de ses fils principalement.

Isaac.

Dans de nombreuses familles, il arrive parfois que le père ait des préférences parmi ses enfants. Il aime soit le cadet plus que le plus âgé, ou le plus âgé contrairement au cadet. Pourtant, aimer l’un plus que l’autre peut entraîner de la jalousie et même des divisions au sein des enfants. Isaac avait une préférence pour Esaü pendant que Rebecca aimait Jacob. Genèse 25 : 28 (LSG) « Isaac aimait Esaü, parce qu’il mangeait du gibier ; et Rebecca aimait Jacob. » Cette situation n’a pas été sans conséquence, aussi bien pour l’équilibre des enfants que pour celui de toute la famille. Céder aux caprices de l’un et blâmer l’autre, c’est contribuer au déchirement de la famille.

Papa, tu dois aimer tous tes enfants au même titre et avec la même intensité. Tu dois leur témoigner cet amour au quotidien ; leur accorder les mêmes privilèges et la même éducation. Par exemple, lors d’un différend entre eux, sois impartial et juge avec beaucoup d’amour et de sagesse. Tout père doit se garder de poser certains actes, s’il veut être un modèle pour son enfant.

Eli.

1 Samuel 2 : 12 (LSG) « les fils d’Eli étaient des hommes pervers, ils ne connaissaient point l’Éternel. »

La Bible nous présente un prophète, mais avant tout un père, qui n’avait aucune autorité sur ses enfants. Indulgent à l’excès, il n’a pas su manifester de l’autorité pour les contraindre à se soumettre à lui leur père, et à Dieu qu’Il sert.

Dans l’éducation de ses enfants, il faut connaître la limite à leur imposer, les règles à leur fixer. Des règles qu’ils ne devraient enfreindre sous aucun prétexte. Si l’on souhaite que nos enfants soient bien développés, aient de bonnes valeurs, agissent dans la droiture, il faudra les soumettre à des règles. Il ne s’agit pas d’exercer une forte autorité, de les brimer, de les éduquer dans la peur et la méfiance ou d’instaurer des principes trop rigides, mais il faut dans l’amour leur apprendre avec un peu de dureté ce qui est bienséant et acceptable. Aussi bien dans la vie en société que dans le sacerdoce.

Concernant le sacerdoce, ces attitudes sont intolérables. Il faut faire preuve de plus d’autorité et ne pas les dorloter en espérant qu’ils apprendront ou seront redressés à l’école du dimanche ou aux activités de la jeunesse. Cher père, que tu sois Serviteur de Dieu ou non, si tu sais que ton fils est appelé à servir Dieu, efforce-toi de lui inculquer des valeurs spirituelles très strictes. Accompagne-le dans chaque étape de sa vie spirituelle jusqu’à ce qu’il ait cultivé une forte intimité avec le Seigneur, et qu’il ait atteint un niveau suffisant pour avancer seul avec Dieu.

Tu dois être son premier père spirituel, son premier pasteur, son premier mentor. Tout père a la responsabilité voire même l’obligation d’éduquer ses enfants dans les voies du Seigneur, afin de faire d’eux des hommes et des serviteurs accomplis. 2 Timothée 3 : 16-17 (LSG) « Toute écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre. »

Eli n’a pas su le faire avec ses fils. Trop tolérant et moins regardant, il les a laissés adopter des attitudes contraires aux principes sacerdotaux. D’ailleurs, c’était le peuple qui lui rapportait les méfaits de ses propres fils. Conséquence : il a perdu sa place de sacrificateur et est mort à cause de la mauvaise action de ses fils Ophnée et Phinée. Pire encore, ils ont récolté des malédictions qui ont frappé des générations après eux. (1 Samuel 2 : 22-24).

David.

David a eu un problème similaire avec ses fils Amnon et Absalom. Absolom a assassiné Amnon pour avoir violé sa sœur Tamar (2 Samuel 13 : 1-29) et s’est par la suite insurgé contre David, son père. Il l’a poussé à abandonner son pouvoir (2 Samuel 15 : 13-16), a partagé la couche de ses épouses (2 Samuel 16 : 20 – 23). Absalom était décidé à se venger de tous, et même quand son père lui avait pardonné le meurtre orchestré contre son frère. Pourtant, ce passage de la Bible est clair, Lévitique 19 : 18 (LSG) « Tu ne te vengeras point, et tu ne garderas point de rancune contre les enfants de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l’Éternel. »

Accorder tout à son fils, accéder à tous ses désirs, ne pas lui faire de remontrances, le menacer de punition sans jamais mettre à exécution la sanction, se plier à tous ses desiderata, c’est créer un monstre en devenir. Autant que tu le peux, reste ferme, sanctionne-le lorsque tu juges la faute grave. Proverbes 22 : 15 (LSG) « La folie est attachée au cœur de l’enfant ; la verge de la correction l’éloignera de lui. »

Pour Absalom, le silence de David était un soutien clair accordé à Amnon. Il a vu en l’attitude de son père, du favoritisme. Alors, il s’est lui-même engagé à laver l’honneur de sa sœur. Le favoritisme est l’un des facteurs à la base des frustrations et rébellions au sein des familles.

Beaucoup de pères échouent dans la gestion des conflits entre leurs enfants. Comme David, au lieu de traiter le problème, ils s’énervent, tempêtent mais n’agissent pas pour sanctionner l’un ou l’autre et régler le différend. Une telle négligence engendre de nombreux problèmes (2 Samuel 13 : 21).

Le Seigneur est l’instructeur par excellence des enfants, mais Il choisit les parents pour agir comme médiateurs pour l’enseignement de leurs enfants. Père, tes actions dans la vie de tes enfants sont très significatives. Veille à leur apprendre de bonnes pratiques et de bonnes manières ; à leur inculquer l’amour, la foi, la discipline et l’obéissance. Oriente-les selon les principes bibliques. Et au besoin, corrige-les comme l’indique Proverbes 23 : 13 (LSG) « N’épargne pas la correction à l’enfant ; si tu le frappes de la verge, il ne mourra point. »


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close
Fermer
S'ABONNER À NOTRE NEWSLETTER
RESTEZ CONNECTÉS!
Recevez dans votre boîte email l'exhortation du jour, la prière du matin ainsi que les nouveaux articles publiés.