Search

Un chrétien peut-il se remarier ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Nous vivons dans une société avec beaucoup de divorces et de remariages. Selon une étude de l’Insee (l’Institut national de la statistique et des études économiques) publiée en 2016, 10% des couples divorcés se sont remariés, dont certains chrétiens. Cela semble être un faible pourcentage, néanmoins, cela implique beaucoup de personnes.

Nous parlons de remariage lorsqu’un premier mariage a déjà eu lieu et qu’il a été rompu, soit par un divorce ou par un veuvage. Les raisons d’un remariage sont pour l’Homme multiples. Cela peut être choquant pour certaines personnes mais oui, la parole de Dieu tolère le remariage, même si ce n’est pas dans Son plan (Malachie 2 :16). Mais sous quelles conditions ?

L’infidélité

Dieu a instauré le mariage entre un homme et une femme pour la vie. La Parole de Dieu nous dit dans Matthieu 19 : 6 (LSG) « Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint. » Dieu n’est donc pas pour la séparation, que ce soit entre chrétiens ou pas.

Toutefois, ce même chapitre nous explique une raison valable de divorce.

Matthieu 19 : 8-9 (LSG) « Il leur répondit : C’est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes ; au commencement, il n’en était pas ainsi. Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère. »

L’infidélité est le fait d’avoir une relation extra-conjugale avec une tierce personne. Cela consiste donc à ne pas être fidèle à son conjoint. L’infidélité implique beaucoup de choses comme la souffrance, la perte de confiance en soi et en l’autre, des disputes, une dépression et pire encore. Dans ce cas, le divorce et le remariage sont possibles.

Cas de veuvage

Le mariage est un lien sacré qui doit durer jusqu’à ce que la mort sépare les deux époux. La formulation de vœux « jusqu’à ce que la mort nous sépare » n’est pas biblique mais est tirée d’un principe biblique.

Romains 7 : 2 (BDS) « Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant que celui-ci est en vie. Mais s’il vient à mourir, elle est libérée de la loi qui la liait à lui. »

A ce moment-là, les veufs et veuves n’ont plus de liens avec la personne décédée et peuvent envisager une nouvelle relation amoureuse. Bien évidemment, en repartant de zéro et en respectant les règles divines de Christ : le célibat, pas de fornication etc.

Dans la Bible, nous retrouvons l’histoire de Ruth qui a perdu son mari Machlon. Par la suite, et avec l’aide de sa belle-mère, Ruth fait la rencontre de Boaz, qui a fini par devenir son mari. Le remariage pour un(e) veuf(ve) est une bonne chose.

1 Timothée 5 : 14 (BDS) « C’est pourquoi je préfère nettement que les jeunes veuves se marient, qu’elles aient des enfants, et tiennent bien leur ménage afin de ne pas prêter le flanc aux critiques de nos adversaires. »

Marié(e) à une personne non chrétienne

Quand Dieu place une personne sur notre chemin (dans le cadre du mariage), c’est parce que nous partageons la même destinée. Certaines personnes se marient avec des non-chrétiens. Dieu n’interdit pas, ne condamne pas mais le cheminement peut être plus compliqué. Il y a aussi le cas du couple non chrétien où l’un des deux le devient, puis passe par le baptême.

1 Corinthiens 7 : 12 à 16 (BDS) est un privilège paulin (paroles de l’Apôtre Paul et non du Seigneur) qui explique la raison pour laquelle un(e) non chrétien(ne) peut se séparer du croyant.

« Pour les autres couples, en l’absence d’indication de la part du Seigneur, voici ce que je dis : si un frère chrétien est marié avec une femme non-croyante et qu’elle consente à rester avec lui, qu’il ne la quitte pas. De même, si une femme a un mari non-croyant et qu’il consente à rester avec elle, qu’elle ne le quitte pas. Car du fait de son union avec sa femme, le mari non-croyant est bien un mari légitime aux yeux de Dieu et de même, du fait de son union avec son mari chrétien, la femme non-croyante est bien une épouse légitime aux yeux de Dieu. Autrement, leurs enfants seraient des enfants naturels, alors qu’en réalité ils sont légitimes. Mais si le conjoint non-croyant est déterminé à demander le divorce, eh bien, qu’il le fasse ; dans ce cas, le frère ou la sœur n’est pas lié. Dieu vous a appelés à vivre dans la paix. Car toi, femme, tu amèneras peut-être ton mari au salut, mais en fait qu’en sais-tu ? De même, toi, mari, tu amèneras peut-être ta femme au salut, mais en fait, qu’en sais-tu ? »

Le mariage reste légitime aux yeux de Dieu. Néanmoins, la personne non-chrétienne peut très mal vivre la foi de son conjoint, surtout si c’est une nouvelle personne en Christ. Elle peut donc se séparer et les deux peuvent refaire leur vie légalement. Attention, l’apôtre Paul conseille vivement le remariage avec une personne chrétienne (1 Corinthiens 7 : 39b BDS « Mais si le mari vient à mourir, elle est libre de se remarier avec qui elle veut, à condition, bien entendu, que ce soit avec un chrétien »).

Autres cas ?

La Bible ne mentionne pas spécifiquement cela, mais il est important de réaliser que désormais, nous vivons sous la loi de la liberté. Alors penser aux personnes qui vivent avec un(e) alcoolique, un(e) conjoint(e) violent(e), qui abuse de leurs enfants ou qui abuse de leurs conjoints. Ce sont des sujets délicats qui demandent beaucoup de réflexion et aucun jugement. Dieu seul peut vous dire quoi faire dans ces cas précis, même si d’aucuns diraient que le bon sens demande de se séparer.

Le remariage n’est possible que dans ces 3 cas et pour aucune autre raison. Bien évidemment, ce n’est pas parce que c’est possible, qu’il faut le faire absolument. Dieu veut la paix dans les couples, et Il veut le pardon et la réconciliation. Il est Celui qui peut nous aider à surmonter chaque épreuve. Remettons donc constamment nos couples entre Ses mains.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close