Search

Le combat spirituel : les armes spirituelles défensives des enfants de Dieu.

PARTAGER L'ARTICLE SUR

2 Corinthiens 6: 4-7 (LSG) : « Mais nous nous rendons recommandables à tous égards, comme serviteurs de Dieu, […] par les armes offensives et défensives de la justice. »

Dans un précédent article, nous avons passé en revue tout l’arsenal des armes offensives des enfants de Dieu, c’est-à-dire les armes utilisées pour « attaquer » l’ennemi. Nous avons compris que devenir enfants de Dieu nous engage inévitablement dans un combat et que notre ennemi est spirituel, bien qu’il peut se manifester au travers de nos semblables faits de chair pour nous nuire, et nous devons donc utiliser des armes spirituelles, celles de Dieu.

Éphésiens 6: 12 (LSG) : « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les  dominations, contre les autorités, […] contre les esprits méchants dans les lieux célestes. »

Or, pour devenir un guerrier spirituel redoutable, brandissons toutes les armes de Dieu, à savoir les armes offensives comme les armes défensives.

Éphésiens 6:13 (LSG) : « C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. »

Dans cet article, nous allons donc énumérer les armes spirituelles défensives dont nous disposons. Bien que défensives, elles ne sont pas pour autant négligeables. Qu’est-ce que les armes « défensives » ? Ce sont des armes « passives ». Elles servent à se défendre sans attaquer.

Romains 13:12 (LSG ) : « Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres, et revêtons les armes de la lumière. »

Les principales armes défensives.

Pour résister et tenir ferme face au diable, revêtons-nous de l’armure spirituelle, décrite en Éphésiens 6: 14-17, composée de :

  • La ceinture de vérité à nos reins : marchons dans la vérité, selon la Parole de Dieu qui est la vérité, en l’appliquant et le diable n’aura pas de motif pour nous attaquer, et en répandant la vérité qu’est l’Évangile.
  • La cuirasse de la justice : avoir conscience et avoir la foi que par l’œuvre à la Croix nous avons été justifiés pour nos péchés, afin de tenir ferme face aux accusations de l’ennemi qui peut nous faire douter, et nous faire croire que nous n’avons pas droit à la grâce de Dieu, à Sa miséricorde. Or, Il a permis l’œuvre à la Croix par amour pour nous, afin que quiconque croit en Christ, soit gracié pour ses péchés (Jean 3:16), de sorte que le diable n’ait plus le droit de nous accuser. Si nous n’avons pas conscience que nous avons été justifiés, le diable, aussi appelé « l’éternel accusateur », se permettra même de nous accuser pour des péchés passés que le Seigneur a déjà pardonnés. Il faut alors lui rappeler qu’il n’a plus le droit de nous accuser car nous avons été justifiés. Romains 8:33 (LSG) déclare : « Qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui justifie ! ».
  • Les chaussures du zèle que donne l’Évangile de paix: soyons toujours remplis du zèle pour annoncer l’Évangile, impacter, conquérir des territoires et ainsi faire reculer les ténèbres, leur faire perdre du terrain.
  • Le bouclier de la foi pour éteindre les traits enflammés du malin : ayons une foi ferme, plus forte que les doutes que l’ennemi cherchera à introduire dans notre esprit, la foi que nous avons la supériorité sur Satan et ses œuvres, que nous avons déjà la victoire sur lui que Christ a acquise à la Croix pour nous, la foi que nous avons le pouvoir d’influencer les circonstances par la prière de la foi et par les actes de foi (la foi avec les œuvres). Quand notre foi est inébranlable en toutes circonstances, elle devient une cuirasse (1 Thessaloniciens 5:8).
  • Le casque du salut ou le casque de l’espérance du salut (1 Thessaloniciens 5:8) : l’assurance de la victoire dans le combat, qui nous a été donnée par l’œuvre salvatrice de la Croix.
  • Le bouclier et la cuirasse de la fidélité, dont il est question en Psaumes 91: 4 (LSG) : « Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse. » Ayons l’assurance de la fidélité de Dieu, qui devient alors un bouclier et une cuirasse. L’assurance qu’Il est fidèle à Sa Parole, à Ses promesses, notamment face à certaines épreuves ou attaques de l’ennemi.
  • Se mettre sous l’abri de Dieu : en effet, demeurer autant que possible dans la présence de Dieu, au travers de la prière, demeurer dans Sa Parole, dans Sa volonté, se confier régulièrement en Lui pour tout, constitue un abri, un refuge, et même une forteresse. Psaumes 91 : 1-2 (LSG) déclare : « Celui qui demeure sous l’abri du Très-Haut repose à l’ombre du Tout-Puissant. Je dis à l’Éternel : mon refuge et ma forteresse, mon Dieu en qui je me confie ! »

En outre, il faut être le plus souvent possible, rempli de l’Esprit de Dieu de sorte à ne laisser aucune place à l’ennemi, aucune brèche en nous, et ainsi être moins enclin à pécher, car nous marchons selon l’Esprit. Nous devons régulièrement chercher Sa présence ; notre refuge en Lui nous attirera Sa protection, Il nous couvrira de Ses plumes face aux dangers (Psaume 91:4). 

Les autres dispositions efficaces

Nous pouvons aussi citer :

  • Être rempli de la connaissance. 

Osée 4:6 (LSG) : « Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance. »

Faisons donc tout pour nous enrichir de la connaissance de la Parole de Dieu qui nous évitera bien des écueils. Plus nous en serons enrichis, et plus nous serons difficiles à piéger par le diable. La Parole nous enseigne notamment une ligne de conduite à tenir pour réussir notre marche avec Dieu, elle nous enseigne ce qui est bien et mal aux yeux de Dieu. Le diable connaît lui aussi la Bible, et s’en sert pour nous piéger et nous faire perdre le salut. Il travaille sans relâche. Alors, afin qu’il ne réussisse pas à nous détruire, renouvelons notre connaissance, en nous remplissant chaque jour par la lecture, ainsi nous deviendrons imbattables par le diable.

Colossiens 3:10 (LSG) : « et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance. »

  • Vivre dans la sanctification.

C’est-à-dire, s’être dépouillé du « vieil homme », qu’est le vêtement du péché, en avoir été libéré ; avoir revêtu l’homme nouveau, le vêtement du saint, et vivre en tant que tel. Colossiens 3:10 (LSG) déclare : « vous étant dépouillé de ses œuvres, et ayant revêtu l’homme nouveau ». En nous convertissant à Christ, nous avons renoncé à la vie de péché, Il nous en a purifié et affranchi. Par l’œuvre expiatoire de la Croix, nous sommes rendus saints, ayant la victoire sur le péché, et une vie de sanctification nous attire la faveur, la grâce et la protection divines sur nos vies. Le diable ne trouvant pas de quoi nous accuser, ne peut donc pas nous attaquer.

  • La repentance.

Proverbes 28:13 (LSG) : « Celui qui cache ses transgressions ne prospère point, mais celui qui les avoue et les délaisse obtient miséricorde. »

Il est important de se repentir chaque fois que l’on pèche, afin de ne pas donner l’occasion au diable de nous attaquer et nous accuser devant Dieu, et afin de vite retrouver la faveur de Dieu, notamment avant de Lui présenter une requête. Car nous le savons, la prière du pécheur est une abomination aux yeux de l’Éternel, elle sera donc moins efficace, voire nulle. Prier sans s’être au préalable repenti, donne le droit légal au diable de bloquer l’exaucement de la requête. La prière du repenti sera plus agréable à Dieu ; si nous Lui avouons nos péchés, le diable n’aura plus de motif pour nous accuser.

Psaume 34:14 (LSG) : « Car les yeux du Seigneur sont sur les justes et Ses oreilles sont attentives à leur prière, mais la face du Seigneur est contre ceux qui font le mal. »

  • Avoir un  cœur pur.

Jacques 4: 8 (LSG) : « Approchez-vous de Dieu […]. Nettoyez vos mains, pécheurs ; purifiez vos cœurs, hommes irrésolus. »

Avant de faire une requête au Seigneur, sondons nos cœurs. S’il y a de la rancœur, de la haine, de l’amertume, de la colère au moment de prier, cela ne sera pas agréable à Dieu, Lui qui sonde les cœurs, et cela constituera un frein à l’exaucement de nos prières. Alors demandons au Seigneur de déraciner de nos cœurs tout ce qui ne Le glorifie pas. Demandons-Lui de libérer nos cœurs, de nous décharger du négatif en nous, et de purifier nos cœurs par Son sang.

  • Être généreux en actions de grâce.

C’est un acte de reconnaissance, de gratitude envers Dieu. Simplement Le remercier pour toutes choses, même la moindre. Pour Ses bienfaits, par exemple pour l’œuvre à la Croix, l’exaucement d’une prière, pour le souffle de vie, pour un emploi, en accompagnement d’une requête, pour en favoriser l’exaucement car cela Lui est agréable. Cela Le mettra dans de bonnes dispositions de cœur pour nous exaucer.

1 Thessaloniciens 5:17-18 (LSG) : « Priez sans cesse. Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ. »

 C’est aussi un acte d’adoration, qui renforce notre attachement à Dieu, et notre communion avec Lui. Si nous sommes capables de Le remercier pour la moindre chose, alors cela ouvrira la porte à d’autres bonnes choses dans nos vies, même plus grandes encore.

Il y a aussi l’action de grâce qui consiste à remercier Dieu par avance pour l’exaucement d’une requête, avant même de Lui présenter cette requête, ou avant d’opérer un miracle, un exploit, un acte de foi, comme si nous étions déjà exaucés. C’est le cas de Jésus, en Jean 11: 41-42, qui rend grâce à Dieu avant de ressusciter Lazare : « Père, Je Te rends grâces de ce que Tu M’as exaucé. Pour Moi, Je savais que Tu M’exauces toujours.» Et nous connaissons la suite. Lazare est sorti du tombeau après que Jésus l’eût appelé. Jésus eut la foi que Dieu L’exaucerait, et a posé cet acte de foi, ce qui plaît grandement à Dieu. Car sans la foi, nul ne peut Lui être agréable (Hébreux 11:6).

  • Les offrandes.

Il s’agit de faire volontairement un don à Dieu, de bon cœur. C’est un acte de reconnaissance et d’adoration, en honorant Dieu avec nos biens, ou bien même pour contribuer à l’œuvre de Dieu en la soutenant matériellement.

Deutéronome 16: 10-11 (LSG) : « tu feras des offrandes volontaires, selon les  bénédictions que l’Éternel, ton Dieu, t’aura accordées. »

On fait également des offrandes à Dieu, notamment sacrificielles, donc qui ont un prix, représentant un acte de foi, dans le but d’obtenir quelque chose de Dieu, l’exaucement d’une requête. Cela est agréable à Dieu, et peut contribuer à ouvrir des portes.

  • Les louanges.

Ce peut être une arme à la fois offensive et défensive (cf. article précédent). Offensive, car elle peut faire fuir les démons, par exemple en cas d’attaque, mais également défensive, car on écoute et/ou chante des louanges et adorations aussi par plaisir simplement, pour honorer Dieu, sans la volonté de forcément attaquer l’ennemi. Donc, cela fait fuir les démons et attire la présence de Dieu (cf. Psaumes 22:3).

Te voilà maintenant solidement armé pour le combat ! Tu en sais plus maintenant sur les armes spirituelles (offensives et défensives) que Dieu a mises à ta disposition pour combattre et vaincre l’ennemi de nos vies. Utilise-les à bon escient, et n’oublie pas les armes défensives, qui présentent tout de même des atouts non négligeables. Recherche l’armure complète de Dieu avant un combat ou chaque matin avant de débuter ta journée. Demande au Saint-Esprit de t’en revêtir. Dans un prochain article, pour clôturer le sujet, nous étudierons les valeurs morales bibliques à développer, qui constituent également des armes spirituelles défensives.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close
Fermer
S'ABONNER À NOTRE NEWSLETTER
RESTEZ CONNECTÉS!
Recevez dans votre boîte email l'exhortation du jour, la prière du matin ainsi que les nouveaux articles publiés.