Search

Quelle est la frontière entre jugement et opinion ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Beaucoup confondent, et c’est amplement justifié, le jugement et l’opinion. Et toi, as-tu un avis sur la question ? Si oui, qu’en penses-tu ? Quelle(s) différence(s) peut-on noter ? Utilises-tu davantage ton opinion ou fais-tu preuve de plus de jugement envers les gens et les choses qui t’entourent ?

Définition et interprétations.

En reprenant les définitions trouvées sur internet, on peut déjà se faire une idée de la question:

  • Le jugement se définit comme « l’action de juger quelqu’un, une affaire, dans le respect des lois et règlements en vigueur « (d’après le dictionnaire Larousse).
  • L’opinion est « un avis, un jugement personnel que l’on s’est forgé sur une question ou un sujet en discussion » (d’après le dictionnaire du site toupie.org).

Finalement, lorsqu’on y regarde de plus près, on se rend compte que ce n’est pas toujours très clair et que les frontières ne sont pas clairement définies entre jugement, avis, opinion personnelle… voire même que l’opinion est en réalité un jugement !

Le jugement va plus loin que l’opinion.

Comme l’une des définitions le dit, l’opinion est en fait un jugement qui n’est pas nécessairement juste. Tandis que juger correspond aussi à se faire une opinion. Alors que penser réellement ?

L’opinion est de tout temps une chose essentielle et nécessaire dans un monde bercé par l’influence. « Le jugement lui aussi est essentiel alors que faire ? » demanderas-tu. Eh bien, c’est un peu plus compliqué que ça. En effet, le jugement à proprement parler va plus loin et est, contrairement à l’opinion, arrêté. Aucune possibilité de négociation ou autre, porter un jugement correspond à une critique directe et ne laisse pas vraiment la place à l’argumentation ou à la défense. Tandis que dans la pratique, donner un avis démontre une plus grande ouverture d’esprit car toujours discutable.

Beaucoup de personnes jugent en faisant passer ça pour un simple avis, alors que leur opinion est faite. L’idéal étant évidemment de dialoguer de façon ouverte, poser des questions pour que la personne concernée prenne conscience elle-même de ses lacunes. L’autre se sent alors aidé, compris, et responsable de ses actes. Dans le cas contraire, il se sent dévalorisé, peut-être même « obligé » de faire ceci ou cela ou se comporter de telle manière. Dans le jugement il y a un engagement ferme, officiel, définitif, on acte quelque chose. Donner un avis à plus une valeur de conseil, d’encouragement ou de réprobation.

« Tu es paresseux » serait considéré comme un jugement; « Je constate que tu n’as pas assez travaillé » davantage une opinion. Arrives-tu à cerner l’idée ? On est d’accord, ce n’est pas toujours évident ! Car dans ce genre de situation, la personne peut prendre les deux phrases comme un jugement, alors que ce n’est pas forcément l’objectif de celui qui a émis la phrase. On obtiendrait alors des incompréhensions voire des conflits. C’est vrai que donner une appréciation sur un travail ou un comportement est toujours délicat. Avec une vraie compassion développée, on évite de tomber dans le jugement négatif. On peut ainsi aider la personne si besoin, ou voir comment améliorer telle ou telle chose !

Qui es-tu, toi qui juges ?

Analyse ta façon de voir le monde, les autres, ou encore un sujet particulier (un sujet tabou, une idée politique, une idéologie dont tu as entendu parler, …). Tu constateras que bien souvent, c’est notre manière de voir les choses qui sera considérée comme la meilleure (d’après toi encore une fois, forcément). Tu pourras alors peut-être mieux réaliser que ton avis (et donc ton jugement) est subjectif puisqu’il n’entraîne que ta perception du monde, de la personne ou de la chose en question. Il n’a alors que très peu d’importance si tu n’es pas directement concerné. C’est en réalité un jugement de valeur qui n’a pas lieu d’être et notamment en tant que chrétien mais qui est difficile à éradiquer de nos vies car cela fait partie de notre nature d’hommes.

Nous savons également et pertinemment que nous ne connaissons pas la vie des autres, ce qu’ils traversent, ce qu’ils pensent. Qui plus est, juger et colporter des avis, des rumeurs ou même des faits déformés, est dénoncé dans la Bible ! Elle possède d’ailleurs de nombreux versets dans lesquels le jugement est cité comme dans Romains 2 : 1-3 (LSG) « O homme, qui que tu sois, toi qui juges, tu es donc inexcusable; car, en jugeant les autres, tu te condamnes toi-même, puisque toi qui juges, tu fais les mêmes choses. Nous savons, en effet, que le jugement de Dieu contre ceux qui commettent de telles choses est selon la vérité. Et penses-tu, ô homme, qui juges ceux qui commettent de telles choses, et qui les fais, que tu échapperas au jugement de Dieu ? ».

Le jugement nous place devant notre égo et notre orgueil. Dieu nous a créés et nous aime tels que nous sommes, sans condition particulière et sans action de notre part. Alors pourquoi nous, hommes, nous permettrions-nous d’émettre un jugement sur l’une de Ses créatures, de surplus Son enfant ?

Jacques 4 : 11-12 (LSG) « Ne parlez point mal les uns des autres, frères. Celui qui parle mal d’un frère, ou qui juge son frère, parle mal de la loi et juge la loi. Or, si tu juges la loi, tu n’es pas observateur de la loi, mais tu en es juge. Un seul est législateur et juge, c’est celui qui peut sauver et perdre; mais toi, qui es-tu, qui juges le prochain ? »

Au final…

Se forger un avis c’est aussi écouter les autres, lire, réfléchir à la question, confronter ses idées, penser aux différentes expériences des uns et des autres… On ne devrait pas formuler un avis sans avoir eu un temps de la réflexion. Par contre, un point essentiel lorsqu’on donne son avis, c’est d’accepter que les autres ne soient pas du même avis et surtout, d’être en capacité de revenir sur sa propre opinion dans le cas où nous ferions fausse route ! Revenir sur ses dires et se remettre en question lorsque la situation le demande est tout aussi essentiel que d’échanger et partager ses opinions sur tel ou tel sujet.

Si tu ne partages pas les mêmes idées qu’un autre, il n’y a aucun souci avec cela. Tu ne peux l’obliger à penser comme toi, comme il ne peut t’obliger à rien non plus. N’oublie pas que Dieu nous a créés avec la possibilité de penser, d’agir et de faire de façon individuelle et unique; autant que cela serve ! Laissons-nous donc conduire par le Saint-Esprit avant de donner notre avis ou opinion sur les autres, et alors Il nous remplira d’amour afin que tout ce qui sort de notre bouche édifie, console ou exhorte les autres, pour la gloire de Dieu.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close