Search

5 signes qui montrent que je suis sensible aux besoins des autres.

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Être chrétien, c’est l’être par nos actions et notre comportement. En tant que modèles du Christ sur la terre, un de nos devoirs est de développer une sensibilité aux besoins d’autrui, afin de nous montrer une aide de près ou de loin.

Philippiens 2 : 4 (LSG) «  Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. »

Mais comment reconnaître que je suis sensible aux besoins des autres ? 

Pour nous aider, voici une liste de 5 signes qui peuvent nous aider à évaluer si nous sommes sensibles aux besoins des autres ou non, en nous calquant sur la vie de Jésus-Christ, le modèle de caractère humain par excellence.

1. La compassion.

Dans la Bible, nous pouvons lire à plusieurs reprises que Jésus fut « ému de compassion » devant des situations où des personnes avaient besoin plus que jamais, d’une grande aide, qu’on pourrait presque qualifier de dernier secours. En voici quelques exemples:

  • Matthieu 9 : 36 (LSG) « Voyant la foule, Il fut ému de compassion pour elle, parce qu’elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n’ont point de berger. »
  • Luc 7 : 3 (LSG) « Le Seigneur, l’ayant vue, fut ému de compassion pour elle, et lui dit: Ne pleure pas! »
  • Matthieu 20:34 (LSG) « Ému de compassion, Jésus toucha leurs yeux; et aussitôt ils recouvrèrent la vue, et Le suivirent. »

Nous comprenons ici, que c’est en partie par Sa compassion, que Jésus-Christ a opéré des miracles pour des personnes dont Il était proche ou non. Efforçons-nous de développer un cœur de compassion, non seulement vis-à-vis de nos proches, mais aussi vis-à-vis de toute personne dans le besoin.

2. Être juste avec les autres.

N’oublions pas qu’être sensible aux besoins des autres passe par le fait d’être juste. Nous entendons par là que parfois, « chouchouter » une personne ou aller dans son sens ne sera pas nécessairement la solution dont elle aura besoin pour répondre à son besoin. Lorsqu’on interdit à un enfant de manger trop de bonbons, nous répondons indirectement à son besoin de garder ses dents en bon état, même si c’est difficile pour lui de l’accepter. De cette même façon, le fait d’être juste avec autrui par la sagesse et l’intelligence du Saint-Esprit, démontre notre profonde sensibilité à leurs besoins.

Lorsque Jésus a annoncé aux disciples qu’Il devait s’en aller auprès du Père, l’annonce a créé une tristesse dans leurs cœurs. Or, en faisant cela, Il savait que c’était pour répondre à un besoin insoupçonné de la part de Ses disciples, mais qui pourtant nous sert encore aujourd’hui, à savoir l’Esprit de consolation (autrement dit le Saint-Esprit).

Jean 16 : 7 (LSG) « Cependant Je vous dis la vérité: il vous est avantageux que Je M’en aille, car si Je ne M’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si Je M’en vais, Je vous L’enverrai. »

3. Être présent pour les autres avec sincérité et sans intérêt.

C’est savoir se rendre disponible avec une motivation sincère envers la personne. Savoir s’impliquer sans intérêt en retour et non pas dans une optique de bien paraître auprès de notre entourage. Car en agissant de façon contraire, on ne peut pas parler réellement de sensibilité, mais plutôt d’hypocrisie puisque tout est calculé. Ne soyons pas des pharisiens dans notre sensibilité aux besoins des autres, qui eux agissaient pour paraître, pour démontrer en l’occurrence leurs connaissances. Il n’y avait rien de sincère.

Luc 12 : 1 (LSG) « Sur ces entrefaites, les gens s’étant rassemblés par milliers, au point de se fouler les uns les autres, Jésus se mit à dire à ses disciples: Avant tout, gardez-vous du levain des pharisiens, qui est l’hypocrisie. »

4. Revêtir le rôle d’intercesseur.

On ne le répétera jamais assez, se tenir à la brèche pour autrui, est un grand signe d’amour quant aux besoins de l’autre. En agissant ainsi, nous démontrons une sensibilité accrue qui prouve que nous avons conscience que de notre propre force, il peut s’avérer difficile de mesurer la profondeur du besoin d’une personne. En priant, le Saint-Esprit vient nous conduire dans l’exactitude de ce que nous devons demander au Père pour une personne sans tâtonner. C’est une magnifique preuve d’amour et de sensibilité envers notre entourage.

Romains 8 : 26 (LSG) « De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; »

5. Requérir ce dont la personne a besoin.

C’est assez simple dans certains cas, il suffira de demander tout simplement à la personne si elle a un besoin. Regardons Jésus, plusieurs fois, Il est allé simplement au contact des personnes en demandant ce qu’ils voulaient que le Messie fasse pour eux. Avec Bartimée, l’aveugle mendiant : Luc 18 : 41 (LSG) « Que veux-tu que Je te fasse ? Il répondit: Seigneur, que je recouvre la vue. »

Il ne faut pas de grande formule pour être sensible aux besoins des autres. Demandons-nous simplement à chaque fois: « Qu’aurait fait Jésus à ma place ? ». Ensuite agissons comme Lui.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close