Search

Es-tu insensible et indifférent au malheur des autres ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Romains 12 : 15 (LSG) « Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent; pleurez avec ceux qui pleurent. »

Le malheur est une réalité qui n’épargne personne. Tous autant que nous sommes, nous avons connu le malheur. Au moins une fois, nous avons vécu le deuil, la maladie ou quelque autre tristesse. Cependant, pour certains, ce malheur n’est réel que lorsqu’il s’abat sur eux. Et si ce sont les autres qui souffrent, ils adoptent une attitude indifférente et insensible en profitant de leur aisance et de leur bien-être. C’est là un comportement déplorable, méchant et ingrat qu’il faut impérativement revoir.

L’indifférence est contraire à l’amour.

Galates 6 : 2 (LSG) « Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ. »

L’accomplissement de la loi du Seigneur c’est l’amour (Romains 13 : 10), et cet amour consiste à « porter les fardeaux les uns des autres ». Voilà ce à quoi le Seigneur nous appelle. L’indifférence quant à elle est une attitude qui consiste à fermer son cœur et sa sensibilité face aux souffrances d’autrui. Elle s’oppose totalement et parfaitement à l’enseignement et à l’exemple de Jésus-Christ « qui S’est livré Lui-même pour nous. ». Il a porté ton fardeau, ton péché, tes peurs, tes doutes… Voilà aussi pourquoi aimer doit être une obligation, un plaisir, un style de vie pour toi. En effet, notre vie en tant que chrétiens, ne trouve son sens que lorsqu’elle est vécue dans l’amour; un amour qui prône l’entraide, la solidarité et la sensibilité. Porter le fardeau de ceux qui souffrent est une merveilleuse manière de témoigner de l’amour de Christ autour de nous (en nous aimant en tant que frères et sœurs et en aimant les autres). Malheureusement, nous constatons beaucoup d’indifférence dans nos relations, même entre chrétiens; certains se réjouissant pendant que les autres souffrent. Et pourtant, nous sommes un…

Nous sommes membres d’un seul corps.

1 Corinthiens 12 : 26 (LSG) « Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui; si un membre est honoré tous les membres se réjouissent avec lui. »

Bien que les membres du corps soient multiples, il n’en est aucun qui puisse souffrir sans que les autres n’en soient également affectés. Si un seul membre est malade, les autres le sont aussi. Voilà pourquoi le pied ne saurait être indifférent à une anomalie des yeux qui pourrait naturellement occasionner une chute, une morsure de serpent… C’est aussi ce que nous sommes en tant qu’enfants de Dieu. Nous sommes frères et sœurs, membres d’un seul corps. Tu ne peux donc pas être indifférent au malheur de ton frère ou de ta sœur. Tu dois plutôt en faire tien. Dans l’Eglise, la préoccupation d’un frère doit être celle de tous les autres; le malheur des uns doit aussi être le malheur des autres. C’est ainsi que l’amour de Christ sera pleinement manifesté au milieu de nous et que le monde verra que nous sommes Ses disciples. Au reste, ton indifférence vis-à-vis des souffrances de ton prochain (ou même de ton ennemi) n’est rien d’autre que le signe d’un manque d’amour.

Donne ce que tu aimerais recevoir.

Luc 6 : 31 (LSG) « Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux. »

Nous aimerions tous à un moment donné, voir une main qui nous est tendue, un bras qui vient nous soutenir, une épaule sur laquelle reposer et verser des larmes. Quand le malheur t’assaille, certainement tu aimerais que quelqu’un te soutienne. Et le Seigneur Jésus nous exhorte à faire pour les autres ce qu’on aimerait qu’on fasse pour nous. Ainsi, puisque tu aimerais qu’on soit sensible à ton malheur alors apprends déjà à ne pas être indifférent au malheur d’autrui.

Parfois, la souffrance est tellement forte qu’on a nécessairement besoin d’aide. En effet, la présence et le soutien de personnes sensibles et compatissantes est puissante pour atténuer, voire noyer le malheur d’une personne qui souffre. Tu as peut-être l’habitude de prier, de t’humilier, d’implorer ton Dieu dans tes temps difficiles; mais imagine si le Seigneur décidait d’être indifférent à tes cris (même s’Il ne le sera jamais). Sois donc sensible et compatissant, pleure avec ceux qui pleurent à côté de toi, car demain est incertain; qui sait si ce n’est pas toi qui auras aussi besoin de la compassion des autres.

L’indifférence est une forme d’inhumanité et d’orgueil. En effet, en plus d’être de la méchanceté, le fait d’être indifférent aux souffrances des autres est une manière de dire qu’on n’a pas besoin du soutien de qui que ce soit. Or, l’être humain n’est rien sans ses semblables. En plus, le commandement que ton Dieu te donne c’est d’aimer ton prochain comme toi-même. Par conséquent tu dois être sensible aux malheurs des autres. La grâce de Dieu est disponible pour te permettre de marcher dans cette dimension.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close